Politics of Friday, 17 March 2017

Source: fr.allafrica.com

RDPC: qui pour remplacer Joseph Charles Doumba ?

D'après certains analystes de la scène politique à l'Est, Paul Biya, président de la République et président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), n'a jamais accordé autant de considération à un ressortissant de l'Est, comme ce fut le cas avec Joseph Charles Doumba, ancien secrétaire général du Rdpc, décédé le 05 mars 2017 à Yaoundé. « Le président de la République a eu confiance et a eu beaucoup de considération pour Joseph Charles Doumba.

Au-delà des postes ministériels qu'il a occupés au sein du gouvernement, il a été nommé secrétaire général du comité central du Rdpc en 1992, après le retour du multipartisme, pendant les années dites de braise. Pendant son séjour au Rdpc, le président national lui donnait tous les moyens pour sa politique. Ceci explique pourquoi M. Doumba se déplaçait toujours en hélicoptère », explique un acteur politique de la région de l'Est.

De son vivant, Joseph Charles Doumba était un véritable «faiseur de rois», ajoute-t-il. D'après des indices, « tous les fils et filles de l'Est qui aspiraient à une fonction politique devaient obligatoirement avoir sa bénédiction », commente notre interlocuteur. Ce d'autant plus que dans son management politique, Paul Biya semble avoir créé « des faiseurs de rois » dans chaque région qu'il consulte pour les différentes nominations à des postes plus ou moins importants. De cette posture, le départ de l'ancien Sg/Cc laisse certainement un vide à l'Est qu'il faut combler. Mais qui sera l'oiseau rare qui pourra remplacer celui qu'on surnommait « le Blanc de l'Est » ?

De fait, tout le monde s'accorde à dire que « les méthodes de Doumba étaient différentes. Il n'était pas un homme d'intrigues et de clans comme les politiciens actuels ». Originaire de Mbeten dans l'arrondissement de Belabo, il occupait, à 81 ans et avant sa mort, le poste d'ambassadeur itinérant et celui de président du conseil d'administration de la Société de développement du cacao (Sodecao).

Dans le casting, il n'est pas exclu que Paul Biya creuse dans la même aire géographique, c'est-à-dire le département du Lom-et-Djerem, pour trouver un autre homme de confiance. Mais le chef de l'Etat, comme cela a souvent été le cas, peut aussi faire émerger un nouveau personnage politique central de n'importe quelle partie de l'Est. Ceci, au grand dam de ceux qui se croient être « les fidèles du président dans le parti et au gouvernement ». Pour le moment, l'heure est aux préparatifs des obsèques de ce patriarche, en attendant un éventuel rajustement du personnel politique à l'Est.