You are here: HomeNews2019 01 07Article 453551

General News of Monday, 7 January 2019

Source: lebledparle.com

A la découverte de Malachie Manaouda, le plus jeune ministre de Dion Ngute

Suite au réaménagement du gouvernement camerounais, du 04 janvier 2019, Malachie Manaouda est désormais le patron de la santé au Cameroun. Cet administrateur civil succède à André Mama Fouda qui a été pendant 11 ans ministre de la Santé publique. LeBledparle.com vous propose sa biographie réalisé par l’équipe de communication du Minsanté.

Le nouveau ministre de la Santé publique âgé de 45 ans a une longue carrière dans l’administration camerounaise. Major de sa promotion à L’École nationale d’administration et de la magistrature du Cameroun (Enam) avant sa nomination comme Minsanté.

Bien connu des hautes sphères de l’administration, le nouveau patron de la santé a été de septembre 2012 jusqu’en juillet 2018, secrétaire général du Ministère de l’Eau et de l’énergie; d’Aout 2010 à Septembre 2012, Manaouda est Secrétaire général du ministère des Arts et de la Culture; Octobre 2003 jusqu’au 31 Aout 2010, il est attaché chargé des affaires organiques à la Présidence de la République du Cameroun.

LIRE AUSSI: Remaniement: les nouveaux ministres ont pris leurs quartiers dans des hôtels

Malachie Manaouda est réputé pour sa rigueur, son sérieux et son dynamisme dans le travail. Il est nanti d’un Doctor of Philosophy (PhD) avec mention honorables.

Il fait ses classes à l’École nationale d’administration et de la magistrature du Cameroun (Enam). Par la suite, il dépose ses valises à l’École nationale d’administration (Ena) de Paris. Outre cela, Malachie Manaouda a fréquenté au centre Canadien de Recherche et d’Appui à la Gouvernance des Organisations Publiques (CCRAGOP) qui est un organisme de droit canadien dont la mission est de promouvoir l’excellence de la gouvernance dans le secteur public des pays en voie de développement.

Il prend les rênes du ministère de la Santé publique au moment où le Cameroun est engagé dans le processus de mise en place de la couverture Santé universelle (Csu). Entre autres défis à relever, la finalisation du processus de mise en place de la CSU, la réforme hospitalière, l’achèvement des construction des hôpitaux régionaux de référence, la réhabilitation de la carte sanitaire, la lutte contre les faux médicaments, le recrutement du personnel de santé dans les formations sanitaires, l’amélioration des conditions de travail des populations. Tous ces projets initiés par le ministre de sortant de la Santé publique, André Mama Fouda.