You are here: HomeNews2017 11 04Article 425265

General News of Saturday, 4 November 2017

Source: lequatriemepouvoir.com

Affaire Ayissi: les avocats de Bonita scellent le sort de Parfait Ayissi

Le 02 novembre 2017, le père de la jeune adolescente orpheline de mère de la ville d'Obala dont la narration des abus et sévices sexuels ont été enregistrés par le journaliste d'investigations du Quatrième pouvoir Paul CHOUTA ,a constitué un pool d'Avocats dont entre autres les Maîtres : Dominique FOUSSE, membre du conseil de l'Ordre des Avocats au barreau du Cameroun, Alice NKOM, Christian NTIMBANE BOMO , Pauliane BOUM, Arlette MWAYIN, Guy MOTENG , Bertrand MEKA, Marie Rose KOOH, MASSI NGAKELE, Marcel TIETCHEU POUAMA et bien d'autres encore pour la défense de ses intérêts et de ceux de sa fille mineure dont l'identité ne peut être divulguée ici. Nous attendons la mise en forme de nombreuses autres constitutions annoncées. Les Avocats constitués interviennent dans cette cause dans ce que nous appelons dans le jargon des palais de justice amicus curiae c'est à dire amis de la cause juste.

De nombreuses associations et personnes de bonne foi tant au Cameroun que dans la diaspora ont décidé de se joindre et soutenir cette cause.

Les parquets compétents de la république auraient dû ordonner d'eux-mêmes les enquêtes sur cette affaire sans attendre une plainte des victimes simplement du fait de la dénonciation populaire des faits constitutifs d'infraction sur Facebook. En effet, d'après la loi lorsque des faits pouvant donner lieu à des poursuites pénales sont décriés par le public quelque soit le support de communication, on parle de clameur publique. Et dans ce cas, le procureur ouvre ce qu'on appelle en droit enquête de flagrance. Il commet des officiers de police judiciaire ou se déplace lui-même à l'effet de vérifier, faire constater ou non les infractions décriées. De nombreuses enquêtes dans le monde notamment dans des cas de terrorisme sont déclenchées contre des individus à partir de leur publication sur Facebook ou autres sites internet. Ce que certains qualifieraient de rumeurs sur Facebook ou par d'autres expressions telles que le kongossa correspondent à ce qu'on appelle en droit et procédure pénale : la clameur publique.

Le mandat des Avocats est clair : Déposer une plainte pour crime et délits connexes contre le Journaliste Parfait AYISSI de la chaîne de télévision Vision 4 suspecté d'avoir commis des actes constitutifs entre autres infractions de :

Article 296 — VIOL. (Ici pour contrainte morale découlant de la promesse d'un stage à une adolescente passionnée du métier de journalisme)

Est puni d'un emprisonnement de cinq à dix ans celui qui à l'aide de violences physiques ou morales contraint une femme, même pubère, à avoir avec lui des relations sexuelles.

Article 343 (nouveau).- — PROSTITUTION. (Promesse de rémunération des relations sexuelles par un stage).

« Est punie d'un emprisonnement de six mois à cinq ans et d'une amende de 20.000 à 500.000 francs toute personne de l'un ou de l'autre sexe qui se livre habituellement, moyennant rémunération, à des actes sexuels avec autrui. »

Article 344 (nouveau).- — CORRUPTION DE JEUNESSE AGGRAVEE. (Doublement de peine au vu de l'âge de l'adolescente.)

(1) Est puni d'un emprisonnement de un à cinq ans et d'une amende de 20.000 à 1.000.000 de francs celui qui, excite, favorise ou facilite la débauche ou la corruption d'une personne mineure de vingt et un ans.
(2) Les peines sont doublées si la victime est âgée de moins de seize ans.

Article 346 (nouveau). — OUTRAGE A LA PUDEUR D'UNE PERSONNE DE SEIZE ANS.

(1) Est puni d'un emprisonnement de deux à cinq ans et d'une amende de 20.000 à 200.000 francs celui qui commet un outrage à la pudeur en la présence d'une personne mineure.

Article 347 bis — INCITATION A L'HOMOSEXUALITE : (Partouze avec des prostituées femmes).

Nous en appelons aussi à votre très haute vigilance relativement à de nombreuses photos et autres screen shot en circulation sur le net notamment sur l'identité de cette adolescente et aussi sur certaines fausses prises de vue des échanges de messages supposés entre l'adolescente et le journaliste Parfait AYISSI. Nous prenons pour exemple ces faux screen shot largement répandus où on peut lire « Bonita Stage » ou encore « Bonita Obala ».

Nous notons qu'il y a une volonté délibérée de certains communicateurs tireurs à gages tapis dans l'ombre de créer un courant d'opinions sceptique à l'action courageuse de cette jeune adolescente en la présentant comme une femme aux mœurs légères et blâmables.

Nous rappelons ici à toutes fins utiles que cette jeune adolescente, certes orpheline de mère, est scolairement précoce et très intelligente. Elle suit une scolarité particulièrement exaltante. On peut dire qu'elle est douée ou pour certains surdouée. A l'âge de 14 ans, elle a obtenu son probatoire avec une mention augurant une bonne perspective pour l'obtention en 2018 à seulement l'âge de 15 ans de son baccalauréat. D'où son aisance de langage. Elle est d'ailleurs responsable du club journal de son établissement. Ce qui démontre aussi sa passion pour le métier de journaliste malheureusement devenu un appât pour là happer. Par ailleurs, il est important de rappeler qu'elle éprouve beaucoup de peine à signifier à l'opinion qu'elle a eu de tels rapports sexuels à seulement l'âge de 14 ans ! D'où ce déni d'âge constaté dans ses enregistrements audio en circulation. Ce phénomène est bien connu sous les vocables déni ou refoulement chez les psychologues et psychanalystes. Les adolescents qui fréquentent ou sont régulièrement en contact avec des personnes plus âgées ont tendance à les imiter et à s'assimiler à eux. Nous demanderons dans la suite de la procédure une expertise psychique de cette adolescente qui nous paraît facilement manipulable.

Nous voudrions aussi signifier aux thésards du complotisme que la dénonciation de ces faits provient de la jeune fille elle-même et que la pratique professionnelle des Avocats leur impose d’avoir la distance nécessaire permettant la vérification des faits et des pièces produites. C'est donc à l'issue de ces préalables que nous avons jugés cette affaire sérieuse et avons accepté d’assumer notre mission de défense. Ce d'autant plus que nous n'avons aucun élément formel du suspect Parfait AYISSI remettant de façon claire, sans équivoque et convaincante les déclarations et pièces produites par nos clients dont le père et sa fille.

Très cordialement.

Pour le Collectif :
Le Rapporteur Christian NTIMBANE BOMO "