You are here: HomeNews2019 02 05Article 455582

General News of Tuesday, 5 February 2019

Source: Info Matin N°456

Affaire Momo: le leader du PADDEC veut demander pardon à l'Israël


Click to read all about coronavirus →

L e nouveau ministre délégué à la Justice (Mindel/Justice), Jean de Dieu Momo, a été hier la cible d’un communiqué outragé de l’ambassade d’Israël à Yaoundé, «choquée par les propos antisémites tenus» par lui la veille sur le plateau de l’émission dominicale Actualité Hebdo. La représentation diplomatique lui reproche d’avoir fait le rapprochement entre un parti politique de l’opposition (le Mouvement pour la renaissance du Cameroun-Mrc) et «un certain Hitler», comme pour justifier l’holocauste perpétrée par l’Allemagne nazie contre le Juifs. Pour l’ambassade, ces propos antisémites, intervenant une semaine après la commémoration de la Journée internationale du souvenir de l’holocauste, «constituent une grande déception au regard des relations bilatérales amicales qui existent entre le Cameroun et Israël, qui ne ménage aucun effort pour soutenir le peuple camerounais dans tous les domaines».

Outragée par cette sortie qui décrit, «avec légèreté, une histoire aussi triste et tragique de l’humanité», l’ambassade a fermement condamné ces propos, espérant par ailleurs des excuses immédiates». Devrait-on alors parler d’une crise diplomatique entre Yaoundé et Tel-Aviv ? Ce serait, en l’état actuel des choses, aller trop vite en besogne.

LIRE AUSSI: Sérail: Jean de Dieu Momo s’offre en sacrifice

Votre journal, dans sa quête de vérité a bien tenté, une bonne partie de la journée, d’obtenir la réaction du mis en cause. Ballotté entre ses agendas, Jean de Dieu Momo, que nos reporters ont salué en coup de vent, s’est excusé de ne pouvoir satisfaire la curiosité des journalistes. Un proche du Mindel/Justice, sur notre insistance, s’est néanmoins plié à l’exercice.

Ainsi a-t-il rappelé qu’à plusieurs reprises, au cours de l’émission Actualités Hebdo, Jean de Dieu Momo a tenu à indiquer qu’il s’exprimait en sa qualité de président national du parti les Patriotes démocrates pour le développement du Cameroun (Paddec), et non de membre du gouvernement (depuis le 4 janvier), et ce dans le cadre de la politique interne du Cameroun. Évoquant «une regrettable imprudence langagière», l’interlocuteur reconnaît que l’homme politique a heurté, sans le vouloir, la communauté juive ainsi que l’État d’Israël. «Des excuses officielles de M. Momo suivront, avec cette précision que je prends sur moi, à savoir qu’il n’a jamais eu l’intention de nuire à ce pays ami, encore moins de justifier un fait historique avéré qui, par ailleurs, heurte ses propres convictions morales», ajoute-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter