You are here: HomeNews2019 02 05Article 455594

General News of Tuesday, 5 February 2019

Source: cameroon-info.net

Ambazonie: scènes de terreurs à Buea

Les dernières 24 heures ont été particulièrement agitées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, toujours en proie à une importante crise sociopolitique. A Buea, capitale régionale du Sud-Ouest, des hommes armés ont multiplié des actes de violence dans la journée du février 2019.

Véhicules vandalisés, boutiques et commerces saccagés; ils ont tout détruit sur leur passage. Au quartier Great Soppo, les assaillants ont incendié la voiture de service du délégué régional des Enseignements Secondaires, un véhicule 4x4. Le pire s’est produit devant une boulangerie, où ils ont tiré sur deux jeunes hommes, accusés de n’avoir pas respecté le mot d’ordre de «villes mortes», respecté tous les lundis. L’un est décédé sur le champ, tandis que l’autre a été transporté dans un centre hospitalier.

LIRE AUSSI: Crise anglophone: Hysacam suspend ses activités à Bamenda

Joint au téléphone ce 5 février 2019 par Equinoxe Radio émettant à Douala, le maire de Buea, Patrick Ekema Esunge raconte: «La ville de Buea se porte très bien ce matin, malgré les petites perturbations qu’on a enregistrées hier; juste pour créer une atmosphère de panique, pour gâcher la fête de la jeunesse qui s’annonce dans quelques jours. Nous avons mis de la sécurité et les taxis circulaient, des boutiques et le marché de Buea Town étaient ouverts, à Great Soppo et à Molyko, il y avait 50% de participation aux activités quotidiennes. Les assaillants sont sortis autour de 7h30 du matin en tirant des coups de feu en l’air. Dans l’après-midi, autour de 13h, ils ont finalement tiré sur un jeune garçon et un autre a eu des blessures au niveau du genou. Il est hospitalisé».

Le calme est revenu grâce à l’intervention des forces de sécurité. L’édile pense que les combattants cherchent à contraindre les populations à respecter les «villes mortes», à travers une stratégie de la terreur dont l’objectif est de créer la psychose auprès au sein des populations.