You are here: HomeNews2015 12 31Article 350855

General News of Thursday, 31 December 2015

Source: cameroon-info.net

Boh Herbert parle depuis son exil


Click to read all about coronavirus →

Boh Herbert, ancien journaliste de la télévision publique camerounaise et ex communicateur du Social Democratic Front (Sdf) aujourd’hui en exil monte au créneau et dénonce le procès intenté contre ses confrères Félix Cyriaque Ebole Bola, Rodrigue Tongue et Baba Wame. Dans une communication publiée mardi 29 décembre sur le forum spécialisé 237 médias, il accuse le Tribunal Militaire de Yaoundé d'agir sur ordre de ceux qui gouvernent le Cameroun. Il parle de «manœuvres d’intimidation» et soutient que l’inculpation pour non dénonciation défie toute logique.

«Accuser des journalistes camerounais de non dénonciation est une aberration... un non-lieu. D'autant que la presse n'est spécialisée que dans la dénonciation. La dénonciation est le plat principal de la plupart des organes de presse au Cameroun. Si le Tribunal militaire l'ignorait encore, qu'il sache que s'il y avait une Plume d'Or pour dénonciation, elle sera remportée chaque année par la presse que ce Tribunal accuse de non dénonciation.

A titre d'exemple et rappel au Tribunal militaire, la presse camerounaise dénonce chaque jour la dictature sauvage qui nous gouverne si mal ("misrule"). Pour petit déjeuner, la presse camerounaise dénonce chaque jour la très grande et honteuse complicité entre le régime de Yaounde et des forces dites de sécurité et de l'Armée dite républicaine (y compris ses Tribunaux militaires et autres) dans le maintien d'un système corrompu et abusif aux affaires, écrit Boh Herbert.

Il opine que le Tribunal militaire de Yaounde ne peut plaider l’ignorance lorsqu'il s'agit des dénonciations par la presse de la corruption et des détournements sans freins qui ont cours au Cameroun.

Boh Herbert pense que le pouvoir de Yaoundé a préféré éviter un procès juste et équitable et «initier un autre - une véritable chasse aux sorciers - ayant pour but, sans doute, d'intimider les journalistes et, en passant, de recruter toute la presse (si elle souhaite éviter d'autres procès de ce type - nombreux a venir) dans les services de la police secrète, la police politique, la police militaire ainsi que les services des renseignements généraux», croit l’ex présentateur de l’émission «Sports parade».

Et d’ajouter, solidaire: «Nous sommes tous Felix Cyriaque Ebole Bola, Baba Wame et Rodrigue Tongue».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter