You are here: HomeNews2017 10 31Article 424884

General News of Tuesday, 31 October 2017

Source: cameroonjournal.com

Buéa: le maire veut démolir (encore) des maisons, la population en colère

Après une démolition en 2016 qui a laissé des milliers de personnes à Buea sans abri, une atmosphère d'incertitude règne de nouveau à la suite de l'annonce d'un autre exercice imminent de démolition par le Conseil de Buea.
L'exercice de démolition a été déclenché par la validation d'un plan d'occupation des sols pour Buea et d'un plan sectoriel pour le quartier résidentiel des étudiants de Molyko.

Les études de faisabilité du projet, réalisées par Le COMPETING BET / BEFA Consulting Company, ont été validées par les conseillers du Conseil de Buea le vendredi 27 octobre, lors d'une session extraordinaire du conseil présidée par le Maire Patrick Ekema Esunge et supervisée par le Senior Agent de division, SDO, pour Fako, Emmanuel Engamba Ledoux.

S'exprimant au cours de la session, le maire Ekema a déploré que la ville historique de Buéa soit construite de manière anarchique, avec des infrastructures et d'autres aménagements de développement qui sillonnent tout le terrain.

Ces bâtiments chaotiques, selon l'autorité municipale, sont les retombées d'une occasion manquée de concevoir un plan d'utilisation des terres, qui, a-t-il dit, est un cadre de référence des modèles directeurs de l'urbanisme.

"Buéa a vécu une situation de construction hasardeuse de maisons dont certaines dans des ravins ou des pentes abruptes ou sur des pistes. À mesure que la population continue de croître de façon géométrique, les défis liés à l'eau, au logement convenable et à la répartition des terres pour les services sociaux continuent de croître dans un contexte de valeur foncière croissante.

"Il y a l'absence évidente d'une démarcation claire des terres pour les structures publiques et en particulier les routes, qui sont échangé par les autorités locales", a-t-il dit.

Le maire a également affirmé que de telles constructions confuses posent beaucoup de problèmes de sécurité, car les agents de sécurité ne peuvent pas accéder facilement aux différents quartiers.
Il a énuméré divers événements où les efforts de sécurité ont été déjoués en raison de la construction au hasard et a déclaré que le Conseil est résolu à ouvrir des rues à Buea, en particulier Molyko qui est le cœur de Buéa.
À cet égard, le marteau du Conseil descendra sur tout bâtiment qui tombe sur les rues affectées.

Pendant ce temps, Ekema a félicité le ministre du Logement et du Développement urbain, Jean Claude Mbwentchou, d'avoir alloué une part importante du budget du ministère pour transformer Buea en une ville émergente. Les conseillers ont voté 10 millions FCFA pour les réparations du maire.

Lors de la session extraordinaire du Conseil, les conseillers de Buea ont voté 10 millions de FCFA et remis au maire Ekema pour lui permettre de réparer sa résidence et ses voitures vandalisées.
On se souviendra que lors des manifestations pacifiques du 22 septembre qui ont balayé les principales villes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, des manifestants en colère ont pris d'assaut la résidence du maire Ekema et ont vandalisé certaines de ses voitures.

À la suite de l'incident, une personne aurait été abattue par le maire. Dans le même temps, le geste de 10 millions de FCFA adressé par les conseillers au maire vient s'ajouter aux 13 millions de FCFA remis à l'autorité municipale par le Délégué du gouvernement au Conseil municipal de Douala, le Dr. Fritz Ntone Ntone, le 29 septembre dernier. une visite de solidarité.

Le groupe moteur Mile 17 doit être relocalisé
Une autre décision importante qui a émergé de la session extraordinaire du Conseil de Buea a été la relocalisation du Mile 17 Motor Park.
Même si aucun site précis n'a été choisi pour accueillir le parc automobile, le maire a déclaré que le Conseil était déterminé à déménager le Mile 17 Motor Park pour transformer le site actuel en Buea Business Center.