You are here: HomeNews2015 04 30Article 323001

General News of Thursday, 30 April 2015

Source: Camer.be

Célestine Ketcha nominée en Angola

C’est dans tous les cas la grande information venue de la mairie de Bangangté.

Une banderole d’annonce est déjà érigée juste en face de la tribune place du cinquantenaire des indépendances attendant organiser un festin pour la circonstance. Il est vrai que des commentaires vont dans tous les sens.

Cette distinction aurait-elle encore une place dans la corbeille déjà pleine de la Mafeu, reine mère Bangangté ? Tellement la dynamique femme est sortie du pays, au tant elle est rentrée avec des prix. Au niveau national comme au niveau international, il n’est pas évident de trouver une personnalité de son rang qui la rivalise sur le terrain des distinctions.

Comment donc expliquer le paradoxe entre le personnage emblématique hors des frontières nationales et celui d’une maire qui ne dégage plus l’odeur de sainteté avec les habitants de la commune au moins dans sa grande majorité?

Si on ne reconnait pas le mérite de C K, par quelle alchimie a-t-elle donc pu rempiler à la tête de la mairie de la même ville pour un second mandat? Pour certains, « elle arrive en 2007 comme une parachutée et après avoir pris l’ancien maire Niat Njifenji Marcel dans une trappe » De toutes les manières, la reine mère occupe le fauteuil de chef de l’exécutif pour un deuxième mandat.

Pour un ancien conseiller ayant requis l’anonymat, « le fait d’être nominée prouve à suffisance que c’est le lobbying français par l’entremise du groupe Bolloré qui gère la commune de Bangangté et suce les habitants comme des vaches à lait ».

On peut peut-être botter en touche cette analyse du conseiller, mais les français sont sans pareil dans le monde en termes de lobbying. « Si Samuel Eto’o Fils du moment où il avait le vent en poupe soutenait les français, il serait incontestablement ballon d’or européen », continue le conseiller.

« Il est vrai que Célestine Ketcha utilise la mairie pour soigner son propre image. Elle travaille aussi beaucoup, mais elle est très incomprise par les siens», lance un habitant de la ville.

Où on attend le maire

De mémoire, Samuel Ernest Christian EBELLE, préfet du Ndé reste sous sa faim. Il attend du maire les projets réalisés sous fonds propres de la mairie et selon le plan de campagne. Repris par un conseiller de l’actuel exécutif sous anonymat « Nous tendons trop la main. Sommes-nous devenus des mendiants? Je rêve de voir un maire qui crée des richesses pour sa commune en implémentant des projets communautaires animés par les habitants. Des prix, nous connaissons déjà la source. Nous ne sommes plus dupes. On connait la suite. De son retour au Cameroun, une cabale médiatique sera orchestrée et la mairie sera de plus en plus vidée de sa substance».

Qu’on le veule ou pas, le maire sera en Angola. Dans un contexte de la fête du travail, elle souhaite à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs, une heureuse fête.

Nous avons rencontré un ancien fonctionnaire qui garde un mauvais souvenir de la mairie de Bangangté : « j’ai travaillé au service technique de la commune. J’ai été chassé comme un malpropre, sans motif objectif et sans aucune considération du code du travail. Souhaiter une bonne fête aux travailleurs est une hypocrisie surdimensionnée du maire».

C’est sans compter sur la responsabilité du maire pour la promotion des travailleurs quelque soit le secteur où ils exercent. Le plaidoyer pour l’octroi des médailles d’honneur du travail à certaines personnes qui se distinguent par leur abnégation et leur dévouement au travail, est une parfaite illustration.

A cet effet, un vendeur de médicaments contrefaits était déjà soutenu par le maire et médaillé par l’autorité administrative. Comme pour dire il faut magnifier « le travail nous éloigne de trois grands maux : le vice, l’ennui et le besoin ».

En attendant comprendre les critères de distinction « meilleure maire d’Afrique », est ce qu’il y a eu en amont un appel à la candidature, ou tout au moins tous les maires d’Afrique sont-ils au courant de ce concours ? Peu importe! Bon séjour madame le maire.