You are here: HomeNews2019 01 08Article 453613

Opinions of Tuesday, 8 January 2019

Columnist: Katakataman

Comment les élites ont favorisé la descente en enfer du Cameroun

Notre misère et nos malheurs deviennent de jour en jour insupportables, l´histoire se répéterait-elle envers nous aussi douloureusement qu´hier malgré notre indépendance et nos prétendues élites averties ?

"Les malheurs des uns font le bonheur des autres ! Qui est plus coupable? Celui qui n'assiste pas son frère en danger ou celui qui ne condamne pas l'assassinat de son frère ?" Aimé Tatou, USA.

Cet incroyable et plutôt douloureux malaise...au plus on juge objectivement la désastreuse situation actuelle du Cameroun, et plus on se rend compte combien elle est pourrie et pourrissante. Et vous tous comme moi, nous sommes fouillés dans notre subconscient existentiel au plus vif. Les choses se répéteraient-elles inlassablement nous entraînant, comme pendant l´esclavage, la colonisation et l´indépendance volée et truquée qu´on nous reconnut tout en faussant les cartes et en vidant son contenu; nos malheurs continuaient-ils ?

Quand arriverons-nous enfin à nous affirmer et nous assurer d´exercer nos responsabilités envers nous-mêmes et envers nos cultures...sans que nous ne soyons trompés, avilis, ravalés ou contraints à refuser à nos propres enfants, à nos propres cultures les droits légitimes d´entretien et de promotion qui leur reviennent ?

6 millions de camerounais ont quitté, selon les statistiques officielles du Cameroun qui y voit une manne financière en transfert de devises, leur pays pour l´étranger ces derniers 20 années.

LIRE AUSSI: Sérail: ces ministres que Paul Biya ne peut jamais limogés

6 millions...ce n´est pas une bagatelle. Ceci prouve qu´il y a, comme en Haïti des Duvalier et tontons Macoutes, un dangereux courant tendant à décourager les camerounais de mieux vivre chez eux. Est-ce bien là la vocation idéelle du pouvoir au Cameroun ? N´était-ce pas de son devoir de créer l´emploi et le revenu sur ce territoire ainsi que les conditions économiques et sociales permettant le foisonnement et le développement continu de notre pays ?

Ou sommes-nous encore condamnés, comme pendant les 13 siècles d´esclavage islamique ou les 400 ans d´esclavage occidental, les 80 ans de colonisation suivi d´une sournoise francafrique aujourd´hui, de rester la chosification économique, culturelle et même sociale des cultures dominantes ? Ceci fait réfléchir.

J´en appelle ici à tous mes amis et à tous les camerounais de bonne foi et épris de liberté et d´amour pour eux-mêmes à se lever comme un homme et s´opposer, sous toutes les formes possibles, contre le refus de liberté et de réalisation libre et indépendante dont nous sommes depuis toujours les victimes.

Car nous aussi nous sommes des êtres humains, nous aussi nous avons des femmes et des enfants que nous aimons, nous aussi nous sommes des êtres de culture et de liberté.