You are here: HomeNews2018 12 19Article 452891

General News of Wednesday, 19 December 2018

Source: Repères N°700

Communauté urbaine de Douala: Fritz Ntonè Ntonè peine à réaliser de bonnes recettes

Face aux prévisions surréalistes et à une faible mobilisation des recettes propres, les grands conseillers s'interrogent sur l'opportunité pour l'exécutif communautaire de faire exécuter des budgets irréalisables.

Le Conseil de communauté urbaine de Douala s'est déroulé le 14 décembre 2018. Il était consacré au vote du budget de l'exercice 2019. Ce budget a finalement été voté à la majorité, en recettes et en dépenses à la somme de 49.900.000.000 de FCFA. En baisse de 2.360.000.000 de FCFA, soit 5 ,17% par rapport à 2018. Une baisse «réaliste» d'après les grands conseillers qui reconnaissent un contexte marqué par une sévère crise économique ainsi que les conséquences contre-productives des troubles en zone anglophone, notamment. Ces derniers constatent également la «fis- calo-dépendance» de la Communauté urbaine de Douala (CUD). Ce qui induit une faible mobilisation des recettes propres. Ainsi, la super-mairie du Wouri pré- voit mobiliser pour l'exercice 2019, 5,9 milliards de FCFA. Soit une prévision de mobilisation de recettes externes de 4 milliards de FCFA.

LIRE AUSSI: Batouri: le maire Gombo Dimba accusé de détournements s’explique

Une enveloppe jugée «décevante». En effet, fort est de constater un net recul dans la mobilisation des recettes fiscales par les services de la CUD. Un tableau compara- tif, année par année, de quelques lignes fiscales pré- sente en effet une baisse systématique des recettes depuis 2016. En total décalage avec les prévisions jugées séance tenante, de «surréalistes» par les grands conseillers. Les grands conseillers notent, concernant la patente, importante ressource fiscale une enveloppe de recettes cumulée de 2,9 milliards de FCFA réalisée lors des exercices 2016, 2017 et 2018. Les prévisions de recettes de patentes pré- voient une fois de plus pour l'exercice 2019, une enveloppe improbable de 3,2 mil- liards de FCFA.

880 millions de FCFA perçus lors des trois derniers exercices en droits de permis de bâtir pour une enveloppe prévisionnelle 2019 de 2 milliards de FCFA. 513 milliards de FCFA en trois exercices pour les droits de marchés pour des prévisions 2019 de 800.000.000 de F CFA. «Pourquoi l'exécutif communautaire ne peut-il pas proposer un budget réalisable ?», se sont interrogés une fois de plus les grands conseillers. Globalement, les recettes fis- cales ont connu une baisse régulière. Passant de 38,6 milliards en 2015 à 14,2 milliards en 2018, au 30 novembre. Idem pour les recettes propres qui affichaient en 2012, 4 milliards de FCFA, tombant à 1,4 mil- liards de FCFA au 30 novembre 2018. Les dépenses de la super- mairie ont également été passées au scanner. Cause d'un autre constat décevant des grands conseillers. Qui font encore remarquer un train de vie de fonctionne- ment au-dessus de la moyen- ne, malgré les nombreux investissements effectués. Les dépenses de fonctionne- ment au 30 novembre 2018 s'élèvent à 14 milliards de FCFA sur un budget 2018 initialement voté en recettes et en dépenses à 52.620.000.000 de FCFA.

LIRE AUSSI: Affaire Pineda: le clan Eto'o de nouveau dans la tourmente

Budget passé en augmentation et porté à 61.077.220.212 de FCFA après encaissement de diverses subventions étatiques. Autre ligne de dépenses décriée, la masse salariale. Au 30 novembre 2018, le compteur salaire de la CUD affiche 6,5 milliards de FCFA pour 1222 employés répartis dans 430 postes. En régulière augmentation depuis 2012 où elle était de 4.180.000.000 de FCFA. L'exécutif communautaire sous l'impulsion de Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, a paradoxalement engagé depuis 2017 d'importantes mesures de réduction de son train de vie: réduction de 20% des stages académiques, réduction de 30% de l'effectif annuel des recrues du programme «Occupation jeunes» et des stages de vacances, migration du service de gardiennage à agent de sécurité, baisse des dotations en carburant, suspension des perdiem dans les commissions et comités, réduction des formations et missions etc.