You are here: HomeNews2019 03 13Article 458422

General News of Wednesday, 13 March 2019

Source: camerounnet.com

Depuis Kondengui, Maurice Kamto remet Réné Sadi à sa place!

Kamto Conf Valsero Electiom Campagne 2018.jpeg Les prisonniers semblent s’en remettre à l’opinion et aux forces judiciaires internationales

Son arrestation avait crée l’émoi au sein de ses partisans il y’a plus d’un mois. Et il semble que cette situation ne plonge pas pour autant le principal opposant camerounais dans le silence. Maurice Kamto, et une centaine de ses alliés et partisans, détenus pour certains depuis fin janvier, ont déclaré à AFP être “des prisonniers politiques”.

Tous écroués à la prison centrale de Yaoundé où ils ont signé cette déclaration, les prisonniers semblent s’en remettre à l’opinion et aux forces judiciaires internationales. Dans des propos à AFP et rapportés par TV5Monde, Maurice Kamto clarifie la situation de ses militants et lui. “Nous et nos 160 camarades, détenus dans différentes prisons du Cameroun, sommes des prisonniers politiques” aurait lancé le président en exercice du MRC ( Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun ) réfutant ainsi les allégations du ministre de la communication Réné Sadi qui a Récemment déclaré que cette détention trouvait son origine dans les “faits de droit commun”.

Pis, Maurice Kamto estime que derrière le mirroir de la justice, le régime en place leur impute “un certain nombre d’actes dans le dessein évident d’embastiller les alliés pour le changement, paralyser leurs activités politiques, terroriser les populations et anéantir les balbutiements de la démocratie afin d’instaurer le totalitarisme” au Cameroun. Arrêté fin Janvier, l’opposant camerounais a indiqué continuer sa démarche de dénoncer le “hold-up électoral”.

Dans un mutisme total jusqu’ici, la communauté internationale a timidement réagi ces derniers jours. Avec notamment l’intervention du monsieur Afrique de Donald Trump qui estimait “qu’il serait sage de libérer Maurice Kamto”. C’est la première fois que Maurice Kamto se retrouve derrière les barreaux après lui même exercé dans la justice il y’a plusieurs années.