You are here: HomeNews2018 01 20Article 431057

General News of Saturday, 20 January 2018

Source: cameroonweb.com

Depuis la prison, Mebara révèle comment les USA ont saboté Paul Biya

Quel rôle les États-Unis d’Amérique ont-ils joué dans le projet de loi portant sur la décentralisation au Cameroun? C’est à cette question que l’ancien Secrétaire général de la Présidence de la République, Jean-Marie Atangana Mebara, -- actuellement écroué à la prison centrale de Kondengui -- tente d’apporter une réponse dans un son œuvre autobiographique «?Le Secrétaire général de la Présidence de la République du Cameroun, entre mythes, texte et réalité?».

L’ancien homme fort d’Etoudi dans son livre révèle comment le projet de loi a été discuté et ensuite retiré après une ingérence des États-Unis.

CameroonWeb vous propose l’extrait.

Est-il arrivé qu’un projet de loi transmis à l’Assemblée par la présidence ne soit pas voté ou soit retiré??

Il y a des projets qui ont donné lieu à des discussions âpres au niveau du groupe parlementaire du parti RDPC, comme les projets de loi relatifs à la décentralisation.

Les députes de ce parti étaient-ils opposés à la décentralisation??

Non. Je crois même que beaucoup l’attendaient. Cependant, certains étaient vraiment opposés aux dispositions relatives au non-cumul des mandats?; ils voulaient que soit maintenue dans la loi la possibilité pour un député d’être aussi maire d’une commune, ou pour un maire d’exercer une autre responsabilité, soit gouvernementale, soit dans la gestion d’une entreprise publique ou parapublique. Ils soutenaient que cela permettait aux personnes concernées, à la fois d’être en contact avec leur base, et surtout d’être encore plus efficace dans les actions de développement local.

Le ministre OWONA Grégoire avait été instruit de ne pas tergiverser sur cette question, parce qu’il s’agissait d’un choix politique. Finalement les projets de textes ont été approuvés, puis adoptés par l’Assemblée nationale. Vous voyez que ce n’est pas toujours l’unanimisme comme on le pense. Une seule fois, le Président m’a instruit de retirer un projet de loi qui avait déjà été transmis officiellement au Président de l’Assemblée Nationale.

Pour quel motif??

Le Président avait reçu du Ministre initiateur, une note qui recommandait le retrait de ce projet de loi. L’argument principal dudit ministre, était que l’adoption de cette loi rendrait le Cameroun inéligible au programme d’aide Millenium Challenge des États-Unis d’Amérique, selon les dernières informations que lui avait communiquées l’Ambassadeur de ce pays ami. Le Président m’a demandé si ce ministre avait participé aux concertations organisées par moi?; ce à quoi j’ai répondu par l’affirmative. Puis, avec une espèce de désappointement dans la voix, il m’a demandé de retirer ledit projet de loi.

Et vous l’avez fait??

J’ai transmis l’instruction au Ministre Grégoire OWONA qui a ensuite géré les aspects administratifs. À mon souvenir, ce projet n’a même jamais été soumis à la Conférence des Présidents, l’instance qui, à l’Assemblée Nationale, examine la recevabilité des projets et propositions de loi.

Vous semblez encore dépité??

Je n’ai pas compris la démarche de ce ministre, par ailleurs un ami. Il aurait pu évoquer cette préoccupation lors des réunions de concertation au Secrétariat général, pour qu’avec tous les autres ministres, elle soit débattue. Je reste cependant convaincu qu’il a agi de bonne foi. J’observe cependant que dix ans après, le Cameroun n’a toujours pas été déclaré éligible à ce programme d’aide.