You are here: HomeNews2017 11 08Article 425637

General News of Wednesday, 8 November 2017

Source: cameroon-info.net

Douala II: le remplacement d'Abraham Tchato divise

Une vive tension s’est installée entre le maire de l’Arrondissement de Douala 2ème, Denise Fampou, et certains conseillers municipaux. La cause de ce climat délétère, est la désignation du remplaçant de feu Abraham Tchato au conseil de la Communauté urbaine de Douala. Toute chose qui a bloqué le Conseil municipal qui s’est tenu jeudi dernier à huit clos. A en croire des sources au sein dudit conseil, hormis le budget, le sujet sur la succession du grand conseiller Abraham Tchato de regrettée mémoire, a cristallisé les attentions et des convoitises. Selon certains conseillers municipaux, « lors du conseil de la communauté urbaine de Douala tenu le 26 octobre dernier, il y a eu un nouveau venu. Emmanuel Pongoh qui remplaçait feu Abraham Tchato. Un fait qui n’a pas été accepté par l’ensemble des conseillers municipaux de Douala II. D’où les débats houleux autour de ce sujet jeudi dernier à la mairie ».

Les contestataires revendiquent « l’application stricte des textes qui voudraient que la décision revienne au conseil municipal et non au maire », comme l’exigent les textes concernant la désignation des grands conseillers à la Communauté urbaine. En effet, ces textes stipulent entre autres que « outre le maire qui est membre de droit du conseil de la Communauté urbaine, le conseil municipal de la commune d’arrondissement désigne en son sein 5 conseillers appelés à le représenter au sein de la Communauté urbaine ». En plus, selon l’article 114 alinéa 3, « en cas de vacance d’un poste de conseiller de la Communauté urbaine par suite de décès, de démission ou pour tout autre cause, le conseil municipal de la commune d’arrondissement concerné pourvoit à son remplacement dans un délai maximal de deux mois ». Trois candidats se sont prononcés lors du dernier conseil, les autres attendent la prochaine session du conseil municipal, où la question devrait y être tranchée. En attendant, les deux camps sont à couteaux tirés.