You are here: HomeNews2015 06 30Article 327238

General News of Tuesday, 30 June 2015

Source: Cameroon Tribune

Formation en conduite automobile: 166 auto-écoles agréées

D’après le ministre des Transports, celles qui ne figurent pas sur cette liste ont un mois pour se mettre en règle.

Des auto-écoles habilitées à former ou bonnes pour la fermeture. Les aspirants au permis de conduire savent désormais à quelles portes frapper à Yaoundé, Douala ou dans les autres régions.

Evoluant dans un flou où personne ne savait qui avait le quitus de l’Etat et qui était clandestin, le secteur des auto-écoles tourne peu à peu le dos à l’anarchie. C’est Robert Nkili, ministre des Transports (Mint), lui-même, qui siffle la fin de la récréation. Dans un communiqué paru dans CT de vendredi, il rend publique la liste des 166 auto-écoles désormais autorisées à dispenser le savoir en conduite-automobile.

Le texte précise d’ailleurs que cette liste est issue de l’audit de conformité réalisé auprès des auto-écoles et conformément au communiqué du 7 janvier 2015, accordant jusqu’au 28 février, un délai d’un mois aux promoteurs d’auto-écoles pour la régularisation de leur situation.

Au terme de ce processus, la région du Centre compte 85 auto-écoles agréées. Le Littoral lui, s’en sort avec 14 auto-écoles en règle dont neuf à Douala. La région de l’Adamaoua a huit structures. L’Extrême-Nord en a dix. L’Ouest s’en sort avec 12. Les régions du Sud et de l’Est ont quatre structures chacune. Dans la région du Sud-Ouest, il y a 13 auto-écoles, neuf au Nord-ouest et trois dans le Nord.

Aux sans-papiers, Robert Nkili rappelle : « Celles des auto-écoles ne figurant pas sur la ladite liste, doivent immédiatement se mettre en règle, en tout cas dans un délai n’excédant pas un mois. Une fois ce temps écoulé, ces structures vont être fermées et ne pourront plus ni recevoir des stagiaires, ni présenter de candidats à l’examen du permis de conduire».

La multiplicité des auto-écoles a toujours été au menu des différentes rencontres entre promoteurs et responsables du Mint. Sur plus de 450 auto-écoles enregistrées au Cameroun, les pouvoirs publics indiquaient que 102 seulement avaient une autorisation. Les autres formaient dans l’ombre et présentaient des candidats.

Ce qui provoquait le courroux des membres du Syndicat national des exploitants d'auto-écoles. Ces derniers dénonçaient alors la distribution des permis de conduire aux personnes n'ayant aucune notion de conduite. Avec la publication de cette liste, les esprits vont peut-être s’apaiser dans le secteur.