You are here: HomeNews2017 02 28Article 406934

General News of Tuesday, 28 February 2017

Source: camer.be

Il n'y aura pas d'année blanche au Cameroun - MINESEC

Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe assure que tous les examens officiels de la session 2017 se dérouleront sur l’ensemble du territoire national aux dates prévues.

Plus de quatre mois après la crise qui est née dans les régions anglophones, les conséquences économiques et éducatives sont énormes. Tous les élèves n’ont pas encore repris le chemin des classes. Lors du sixième congrès de l’Undp samedi dernier, Bello Bouba Maigari, président, a affirmé que « C’est une catastrophe pour la jeunesse ».

En  effet, malgré l’arrestation des leaders de la grève en date du 19 janvier 2017 et l’interdiction du Consortium, la polémique enfle sur la possibilité d’une année blanche au Cameroun. Les adeptes du Consortium, militants pour la non reprise des cours accentuent la peur et l’hypothèse d’une année blanche. Ce à quoi répond fermement le ministre : « Des informations dénuées de tout fondement sont relayées depuis un certain temps suite au mouvement de grève lancé par les syndicats d’enseignants anglophones dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ».

Il tient à « rassurer la  communauté nationale éducative qu’il n’y aura pas d’année blanche au Cameroun ». Il précise par ailleurs que les examens officiels de la session 2017 organisés par le Cameroon General Certificate of Education board (Gce-Board), l’Office du Baccalauréat du Cameroun (Obc), la direction des examens, des concours et de la certification, se dérouleront sur l’ensemble du territoire national aux dates prévues et les diplômes délivrés au terme de ladite session seront conformes et crédibles ».

Le Minesec ne se contente donc pas de décrier cette situation. Tous les acteurs de la chaîne éducative sont invités à jouer leur partition et surtout à rester sereins. En rappel, Jacques Fame Ndongo invitait déjà les recteurs des universités à prendre leurs responsabilités. A sa suite, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe instruisait les délégués régionaux des Enseignements secondaires des régions anglophones de « tout mettre en oeuvre pour la reprise effective des cours dans tous les établissements scolaires publiques et privés de « leurs » circonscription de compétence, le lundi 23 janvier 2017 ».

Il recommandait par ailleurs d’utiliser tous les canaux  nécessaires pour communiquer avec les parents d’élèves ainsi que les élèves eux-mêmes de ce que des mesures de sécurité seront prises par les Autorités de (ces) régions respectives pour protéger les enseignants, les apprenants et le personnel administratif lors du retour des classes du deuxième trimestre.