You are here: HomeNews2019 03 12Article 458362

General News of Tuesday, 12 March 2019

Source: camerounweb.com

Incarcération de Mebe Ngo'o: un membre important du SDF se prononce

L'Opération Epervier initié par le gouvernement camerounais pour traquer tous ceux qui détournent les fonds publics continuent de faire des victimes. Les dernières en date ne sont pas des moindres. Il s'agit d'un ancien bras droit de Paul Biya, Mebe Ngo'o et de son épouse. Tous deux sont incarcérés à Kondengui. Ils sont accusés de malversation financière.

Depuis l'annonce de cette nouvelle, les réactions ne cessent de pleuvoir. C'est dans le même ordre qu'un membre important du SDF a décidé de donner son point de vue.

Ci-dessous la réaction de Jean Robert Wafo du SDF

Le Sdf est clair sur les atteintes à la fortune publique. Tous les coupables doivent être punis, CONFORMÉMENT À LA LOI. Si tout ce qui lui est reproché est vrai à savoir les détournements de deniers publics lors de son séjour au mindef, que force revienne à la loi qui est impitoyable en la matière.
Pour le reste si l’on s’en tient à la Constitution de la République, il est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie au cours d’un procès équitable devant les tribunaux où les droits de la défense sont garantis.

Sur un tout autre plan, au vu de l’actualité on est en droit de se poser la question de savoir s’il ne s’agit pas également d’une diversion sur les sujets brûlants de l’heure. La pression internationale relativement aux droits de l’homme au Cameroun : crise au noso et affaire Maurice Kamto et Cie. Il est difficile de donner du tort à ceux qui estiment que chaque fois que Yaoundé est en difficulté, il sort un dossier presque décennal du tiroir pour chercher à faire diversion. Incarcération de Yves Michel Fotso alors que la plainte du CCT contre le Président Paul Biya venait d’être déposée devant les tribunaux de Paris. Arrestations des ministres Polycarpe Abah Abah et Urbain Olanguena Awono après les émeutes de février 2008 et juste avant la modification de la Constitution. Ces deux événements avaient fait les choux gras de la presse.
Ma position relativement aux affaires de notre pays sera toujours dictée par mes convictions républicaines et non par un sensationnalisme candide à la suite d’une quelconque spectacularisation entretenue par qui on sait.