You are here: HomeNews2019 02 13Article 456212

General News of Wednesday, 13 February 2019

Source: 237actu.com

Incendie de l'hôpital de Kumba: réponse virulente de Badjeck à Remy Ngono


Click to read all about coronavirus →

L'hôpital de district de Kumba dans le département de la Meme, région du Sud-ouest, a été pris d'assaut autour de 1H30 dans la nuit de dimanche à lundi, par des hommes armés qui ont expulsé le personnel soignant et patients, ceci avant de mettre le feu.

L’activiste J. Rémy Ngono, appuyant une déclaration de Chris Anu, le chargé de la communication de gouvernement intérimaire de l’Etat fictif d’Ambazonie, a démenti toute responsabilité des sécessionnistes dans cet acte odieux qui a causé la mort de quatre personnes, dont deux malades couché sur leur lit d’hôpital brulés vifs.

Le chroniquer sportif a RFI, a semblé plutôt pointer un doigt accusateur sur l’armée camerounaise. Une déclaration qui a provoqué rapidement le courroux du Colonel Didier Badjeck, chef de la Division communication au ministère de la Défense

L’intégralité de sa reaction

Vous savez, les influenceurs pour certains sont transparents. Pour ma part, le combat contre la désinformation est singulier et il faut persécuter cette désinformation jusqu'à son dernier retranchement, certainement pas avec les mêmes moyens, mais tant il est vrai que l'objectif d'une action d'information ou de communication est d'atteindre un maximum de cibles, que dites-vous d'un faiseur d'inepties et de mensonges qui fait des émules même au rang des crédules sincères?

Il faut aller dans l'arène, combattre ces imbéciles. Arrêtons de nous cantonner dans des principes d'aseptie éthique. Détricotons le mensonge comme celui qui circule en ce moment signé des griots de l'outre-méditerranée, payés pour dénigrer le Cameroun.



Lire aussi en vedette

Etrange réaction d’un journaliste après le discours de Paul Biya à la jeunesse, « On a l'impression d'avoir à faire à un malade atteint d'Alzheimer »...
D'après eux, c'est l'armée camerounaise qui aurait brûlé l'hôpital de Kumba? L'infamie n'a donc plus de limites? La cruauté est-elle aussi glaciale que schizophrénique? Quel média sensé peut-il charrier cette horreur perpétrée par des criminels qui doivent être poursuivis pour leurs crimes en transformant le bourreau en victime. Honte à vous, vous qui manifestez votre haine contre la patrie, réfugiés en Europe sous le motif fallacieux d'exilés alors que les combats loyaux vous ont dépassé.

Quelle misère »! Ce n’est pas la première sortie de J. Remy Ngono qui est dans la logique de ceux qui ont décidé de salir le nom du Cameroun à l’étranger.

A plusieurs occasions, il a qualifié le Chef de l’Etat de momie du Cameroun ou de revenant. Il prend pour prétexte les apparitions qu’il juge spontanées sur la scène publique tant sur le plan national qu’international du Président Paul Biya.

Celui qui passe comme le chroniqueur sportif dans quelques médias européens accuse en sus le chef de l’Etat d’avoir abandonné les populations ainsi que l’armée camerounaise au cœur de la guerre qu’il a déclaré à la secte islamique Boko Haram en 2014, depuis le perron de l’Elysée en France.

Dans les vidéos et autres écrits qu’il publie dans les réseaux sociaux, Il n’a de cesse de faire allusion à la crise anglophone qui secoue les deux régions du Nord et Sud Ouest Cameroun depuis trois ans, l’arrestation et l’incarcération du président du mouvement pour la renaissance du Cameroun, le professeur Maurice Kamto et ses lieutenants, en passant par le saccage des représentations diplomatiques en France et en Allemagne.

Lui, tout comme de nombreux autres « camerounais » qui se sont installés dans les pays européens, semble avoir oublié la terre qui les a vu naître et, comme le disent certains qui ont résolu de mener leur combat à l’intérieur de leur pays : « on peut ne pas aimer un gouvernement et ses dirigeants mais, le Cameroun est sacré et, il faut le protéger et le préserver au-delà de tout…

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter