La sélection des députés juniors a commencé | General News 2017-04-18
You are here: HomeNews2017 04 18Article 410366

General News of Tuesday, 18 April 2017

Source: journalducameroun.com

La sélection des députés juniors a commencé

Les opérations y relatives sont lancées mardi en vue de la tenue prochaine du 19e parlement des enfants. Elles s’adressent aux enfants âgés de 9 à 17 ans

Sous l’égide du ministère des Affaires sociales, le Cameroun a entamé ce mardi, 18 avril 2017, la sélection des députés juniors et leurs suppléants. Ces derniers seront choisis parmi des enfants de 9 à 17 ans s’illustrant par leurs performances scolaires. Ainsi, ne seront retenus que les premiers des classes intermédiaires scolarisés dans les établissements primaires et secondaires.

Les candidats devront de ce fait, présenter les bulletins des deux derniers trimestres de l’année scolaire 2015/2016 et celui du premier trimestre de l’année en cours.

Les enfants handicapés moteurs, ceux issus des minorités sont également concernés par ladite sélection. Tout comme les apprenants des centres de formation sociaux, des centres multifonctionnels de promotion des jeunes, des centres de promotion de la femme et de la famille… A condition que ces derniers soient les meilleurs.

Les députés sont élus à la majorité simple des voix par leurs pairs et doivent au préalable battre campagne. Ladite campagne repose sur une question adressée à un membre du gouvernement et qui touche le domaine social, économique politique, culturel, etc. Les candidats sont départagés sur la base de la pertinence des questions et des solutions qu’ils proposent eux-mêmes aux problèmes soulevés.

Le renouvellement des membres du Parlement des enfants s’ouvre en prélude à la neuvième 19e session de cette instance qui se tiendra sur le thème «Culture de l’esprit patriotique et maitrise de la ruée des jeunes vers les technologies de l’information et de la communication : un défi permanent et une responsabilité collective».

Durant ces assises, les députés juniors réfléchissent sur les problématiques liées aux droits des enfants. «Une vingtaine d’années après, plusieurs actions peuvent être mises à l’actif des questions posées par les députés juniors. On peut citer la circulaire du 25 avril 2005 portant organisation de la circulaire de la police sanitaire dans les établissements scolaires, qui pourrait être une répondre à la question d’un député adressée en 2000 au ministre de la Santé sur la façon de lutter contre la présence de la drogue dans les établissements.

La circulaire du 08 décembre 2000 relative à la lutte contre la violence dans les établissements scolaires, qui semble répondre à une question, formulée lors de la session 1998 du Parlement des enfants, adressée au ministre de la Justice relative aux châtiments corporels dans les établissements», révèle la ministre des Affaires sociales, Pauline Irène Nguene, citée dans la presse publique ce mardi.