You are here: HomeNews2019 10 09Article 473646

Politics of Wednesday, 9 October 2019

Source: 237actu.com

Les dessous de la visite de Paul Biya en France

Le chef de l’Etat est en France depuis hier, où il participe à la 6e Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, prévue à Lyon du 9 au 10 octobre 2019.

«La participation du chef de l’État à cette conférence est une opportunité pour le Cameroun de mobiliser environ 100 milliards de FCFA, pour la période 2021-2023, en faveur de la lutte contre les trois maladies», précise le cabinet civil de la présidence de la République dans un document que 237actu.com a consulté.

Pour la période 2018-2020, l’on apprend du site Investir au Cameroun que le Fonds mondial et le gouvernement du Cameroun ont signé quatre accords de financement d’une enveloppe globale de 108 milliards de FCFA. Conformément à la politique d’allocation du Fonds mondial, pour accéder à la totalité du montant qui lui est alloué pour cette période, le pays doit respecter les exigences de cofinancement.

Mais, selon le cabinet civil de la présidence de la République du Cameroun, l’on observe, à ce jour, un retard du gouvernement camerounais à verser la totalité de ses fonds de contrepartie. Ce retard est d’autant plus inquiétant qu’il fait courir des risques d’interruptions des traitements qui auront des répercussions sur la santé des populations. Il s’agit notamment de celles qui sont hautement à risque comme les femmes, les personnes vivant avec le VIH et les jeunes adolescents. D’où l’urgence pour le pays d’honorer les fonds de contrepartie (20%).

Durant son séjour, Paul Biya présentera donc aussi les mesures prises par le gouvernement pour honorer ses engagements en la matière. Il s’agit notamment de «la création d’un compte spécial à la Beac [Banque des États de l’Afrique centrale] pour [loger] les fonds de contrepartie des différents projets auxquels le Cameroun est engagé», révèle la présidence.

Selon la même source, les fonds de contrepartie non mobilisés à ce jour représentent 20 milliards de FCFA sur un montant attendu de 21,6 milliards. À en croire Etoudi, le Programme des Nations unies pour le Développement (Pnud) appuie la demande de la société civile camerounaise et s’active afin que le Cameroun puisse mobiliser les ressources nécessaires, indique toujours Investir au Cameroun. L’appui du Fonds mondial en faveur du Cameroun depuis 2003, toujours selon le site Investir au Cameroun, est estimé à 315, 32 milliards de FCFA, à travers huit subventions pour le SIDA, sept pour le paludisme et quatre pour la tuberculose.