You are here: HomeNews2020 01 15Article 484807

General News of Wednesday, 15 January 2020

Source: Emergence N°1600

Noso : le spectre du grand boycott des élections 2020

Les séparatistes appellent au boycott des élections du 09 février Les séparatistes appellent au boycott des élections du 09 février

C’est la hantise actuelle du gouvernement, que dans les régions en crise, il y ait un boycott massif des législatives et des municipales du 09 février. D’ailleurs, la conférence des gouverneurs qui s’est ouverte à Yaoundé lundi dernier avait pour toile de fond, la sécurité durant la période électorale. Atanga Nji, le ministre de l’administration territoriale, a menacé d’emprisonnement tous ceux qui militent pour ce boycott. Rappelons que spécifiquement dans les régions en crise, le gouvernement a déployé 700 soldats, soit 350 par région.

C’est que, dans le NoSo, le mot d’ordre des séparatistes et Amba boys armés est plus que clair : pas d’élections. Ils procèdent par menaces, ce qui crée la psychose. Les populations craignent des attaques de ces combattants. Les sources indiquent par ailleurs que depuis quelques temps, les séparatistes propagent des supports de boycott des élections municipales et législatives du 9 février prochain dans les rues des régions NordOuest et Sud-Ouest. Dans une vidéo devenue virale, l’un des leaders séparatistes, un certain Field Marshall, promet l’enfer à ceux qui oseront défier le mot d’ordre de ville morte à l’occasion des élections. Il promet la mort à ceux qui iront voter. Depuis que la guerre a débuté en zone anglophone, les boycotts tout comme les villes mortes ont toujours été respectés. Lors des dernières sénatoriales, ce fut déjà le cas. Pareil pour la présidentielle.

La situation délétère dans ces régions a d’ailleurs poussé Paul Biya à repousser par deux fois la date des législatives et des municipales. Dans la foulée, l’on note que les sécessionnistes se sont lancés dans des actes d’intimidation. Il y a des maires et des conseillers municipaux qui sont enlevés par-ci par-là, comme à Babessi ; des maisons de candidats incendiées, ce qui a poussé notamment quelques candidats du Sdf à se déclarer finalement non-partants. Néanmoins, même si les sécessionnistes parviennent à maintenir la chape de peur sur les régions en guerre, est-ce qu’un boycott massif pourrait édulcorer le caractère légal du scrutin dans cette partie du pays ? Est-ce que le fait que les électeurs n’aillent pas voter peut pousser à une invalidation du scrutin ?