You are here: HomeNews2017 11 02Article 425137

General News of Thursday, 2 November 2017

Source: lequatriemepouvoir.com

Parfait Ayissi bientôt devant les tribunaux

Avant d'entrer dans le vif de cet acte, permettez qu'on vous annonce que la mineure Bonita qui a subi les assauts sexuels du Sieur AYISSI a obtenu son probatoire avec une moyenne de 12/20 faisant d'elle la lauréate de sa classe constituée d'une centaine d'élèves.

Le père de la victime a adressé à Maître Christian Ntimbane Bomo pour constituer sa défense devant les tribunaux. Indiquons que cet avocat va former un pool avec Maître Alice NKOM et Maître MEKA.

Il faut rappeler que mercredi 1er novembre 2017, dans une sortie médiatique, Maître Christian Ntimbane Bomo a pris la défense de la mineure qui a été ‘abusée’ par Parfait Ayissi. En pointant du doigt la responsabilité de la société. Selon lui, « sur la base du biotope Facebook, la majorité des camerounais surtout des femmes adultes, considèrent qu’une mineure est responsable des conséquences qu’elle subit à la suite des relations qu’elle a entretenues avec une personne adulte. En lisant ce qu’elles écrivent, sortir avec une jeune fille pour un adulte rentre dans les actes banaux de la vie camerounaise .Pourtant la même société à travers ses lois, condamne à des peines d’emprisonnement allant de 1 à 5 ans, avec possibilité de doublement à 10 ans toute relation sexuelle hors mariage entretenue par un adulte avec une personne mineure. Comment s’en étonner d’une telle indifférence des femmes quand on sait qu’elles sont coutumières des arrangements financiers en famille des viols sur leurs propres filles parfois âgées de moins de 10 ans ? Ou même de celles qui préfèrent “protéger” leur mariage après que leurs maris ont abusé sexuellement de leurs propres filles? Ou encore celles qui livrent leurs pucelles à des adultes à des fins matérialistes ? C’est donc tout à fait normal que ces scandales sexuels qui ébranlent souvent le monde soient curieusement relativisés par la société camerounaise au point où on y voit que des complots contre les bourreaux quand bien même ceux -ci avouent leur forfait ou alors des éléments probants les confondent. »

L’homme de droit a aussi appelé à une prise de conscience collective en vue de protéger les mineures. « Nous appelons donc à une prise de conscience nationale et à tous les niveaux du fléau de l’utilisation à des fins sexuelles des jeunes filles mineures et des dangers qui en découlent. Ce sont nos enfants, protégeons-les ».