You are here: HomeNews2019 03 11Article 458243

General News of Monday, 11 March 2019

Source: L'Essentiel No 237

Paul Biya avait pourtant prévenu Mebe Ngo’o

Depuis plus d’une décennie, le président de la République, au cours de ses multiples prises de parole publiques, n’arrête pas de mettre en garde ses principaux collaborateurs contre les atteintes à la fortune publique.

A la suite des interpellations de certains hauts commis de l’Etat effectuées en 2018, la garde à vue de l’ancien ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o intervenue la semaine dernière démontre à suffisance que les prescriptions du chef de l’Etat sur la corruption sont loin d’être respectées. Qu’à cela ne tienne, Paul Biya affiche sa détermination à venir à bout ce fléau.

«Nous avons encore, je dois le dire, un grave problème de morale publique. Malgré nos efforts pour les combattre, la fraude, les détournements de deniers publics, la corruption continuent de miner les fondations de notre société. J’ai eu souvent à m’exprimer sur le sujet et à dire ma détermination à éradiquer ces comportements asociaux. Des sanctions sévères ont été prises au cours des derniers mois. Nous n’allons pas nous arrêter en chemin. Ceux qui se sont enrichis aux dépens de la fortune publique devront rendre gorge. Nous disposons maintenant d’un appareil institutionnel apte à traquer la corruption sous toutes ses formes. La Chambre des comptes, déjà, citée, est opérationnelle. La Commission nationale anti-corruption, l’Agence nationale d’investigation financière, les multiples commissions de passation des marchés ont toutes une mission essentielle au service de cette cause nationale. Les délinquants en col blanc n’ont qu’à bien se tenir ! » Discours d’ouverture du 3ème congrès extraordinaire du Rdpc à Yaoundé, 21 juillet 2006.

« … Mais la démocratie c’est aussi la préservation de la fortune publique. C’est pourquoi nous avons entrepris de lutter sans merci contre la corruption. Qu’on ne s’attende pas à ce que nous nous arrêtions en chemin. Nous irons jusqu’au bout, quoi qu’en disent certains. » Paul Biya, discours à la Nation, le 31 décembre 2009.

« Je voudrais vous réitérer, très fermement, mes instructions sur la nécessité d’une utilisation rationnelle des ressources publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et la lutte contre la corruption. Chacun de vous devra, dans son domaine de compétence, relever le pari de la performance. La recherche de l’intérêt général et de l’efficacité, la solidarité, l’esprit d’équipe, le respect de la hiérarchie, devront en tout temps et en toute circonstance, être les boussoles qui guident votre action. C’est également à cette aune que vous serez jugés. » Conseil des ministres, le 15 mars 2018.