You are here: HomeNews2019 08 31Article 470827

General News of Saturday, 31 August 2019

Source: camer.be

Prison à vie: Ayuk Tabe et Cie lancent une riposte

Selon Me Benjamin Suh, l'un des conseils de Sisiku et ses 9 coaccusés, le recours a été introduit le 26 août dernier auprès de la cour d'Appel du Centre à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun.

Pour rappel, Julius Ayuk Tabe, 54 ans a été condamné mardi 20 août dernier à la perpétuité pour "terrorisme" et "sécession" avec neuf autres de ses partisans par le tribunal militaire de Yaoundé.
Outre la prison à vie, ils ont également écopé d'une amende de 250 milliards de francs CFA (381 millions d'euros).

Les accusés Sisiku Ayuk Tabe, Wilfried Tasang, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi Kwanga, Fidelis Che, Nfor Ngala, Che Augustine Awasum, Eyambe Elias, Shufai Blaise Sevidem et Egbe Orock, sont reconnus coupables des dix chefs d’accusations retenus contre eux : « apologie des actes de terrorisme, sécession, complicité d’actes de terrorisme, financement des actes de terrorisme, révolution, insurrection, hostilité contre la patrie, propagation de fausses nouvelles, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État, défaut de Carte nationale d’identité ».

Julius Ayuk Tabe, s'était récemment dit prêt à négocier avec le pouvoir de Yaoundé pour le règlement définitif de la crise anglophone. Il avait formulé des conditions préalables à l'ouverture des discussions. Entre autres, le retrait de l'armée et de l'administration des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi que la libération de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de cette crise. Il avait souhaité placer les négociations sous l'égide des Nations unies ou de l'Union africaine.