You are here: HomeNews2020 02 11Article 491173

General News of Tuesday, 11 February 2020

Source: camerounliberty.net

Succession de Biya: Maurice Kamto reçoit une nouvelle mission

Désormais le peuple camerounais suit le président Maurice Kamto parce qu’il lui fait confiance: il a dit qu’il savait exactement où il nous emmène. Pour une fois on croit qu’une solution pacifique pour l’alternance au sommet de l’état est possible et c’est de là que découlera naturellement la résolution de la crise anglophone qui est impossible avec le régime Biya.

Peu importe le temps que cela prendra, la pression finira par faire plier le régime Biya, qui contre son gré acceptera la réforme du système électoral. Cette réforme fixera de nouvelles conditions pour être candidat à la présidentielle. Un système électoral validé par les partenaires extérieurs du Cameroun marquera la fin d'un régime qui n’a jamais gagné une élection sans truquer.

Lors de sa rencontre avec Maurice Kamto, Maria ARENA, parlementaire Européenne a affirmé que les élections ne peuvent être crédibles au Cameroun « La seule façon de créer les conditions pour éradiquer la violence et consolider une paix durable au Cameroun, c'est de tenir des élections transparentes, libres et crédibles, où les partis d'opposition, tels que le MRC, peuvent s’inscrire et faire campagne en toute liberté. » .Disait-elle avant de poursuivre

« Cela n'a pas été possible pour les précédentes élections présidentielles, et ne le sera pas pour les élections locales et législatives qui auront lieu le 9 février. Sans la libération de tous les prisonniers politiques et les modifications du code électoral, il n'est pas possible de garantir des élections libres et équitables. Les autorités et le parti au pouvoir au Cameroun doivent veiller au respect de ces conditions. »

L’ambassade du Cameroun à l’Union Européenne aurait reçu une note du parlement européen sur les sanctions ciblées. Et ces sanctions, le président Maurice Kamto l’a évoqué lors de son entretien avec le média européen Brukmer, il pense que c’est un moyen efficace pour dissuader les pontes du régime à l’origine de toutes formes de violences.

La violence barbare du régime Biya soutenu par la France a obligé le peuple camerounais à solliciter un l’arbitrage international, d’abord au niveau de l’UA, l’UE, les Etats-Unis et plusieurs états partenaires. Malgré les mensonges et manipulations du régime par le grand dialogue national, les élections etc… A l’ouverture du sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba en Éthiopie, devant les chefs d’Etats africains et bien sûr en absence de Paul Biya, le président de la Commission de l’Union Africaine a déclaré: “ Au Cameroun, en dépit du Dialogue Politique Nationale, la situation mérite une attention soutenue”.

Que ceux qui pensent que sans élu Maurice Kamto ne pourra plus être candidat pour la présidentielle soient rassurés, avant les probables élections anticipées, il y aura une réforme du système électoral.