You are here: HomeNews2016 05 31Article 374001

General News of Tuesday, 31 May 2016

Source: cameroon-info.net

UYI: Le Recteur réagit aux accusations

Dans son édition du 24 mai 2016, le journal L’Épervier révélait que le Pr Maurice Aurélien Sosso aurait des problèmes avec des enseignants. À en croire le journal depuis le mois de juin 2014, le Recteur de l’Université de Yaoundé I «est assigné en justice pour des faits de détournements des primes issues de ces travaux de recherche» par ce groupe d’enseignants. Des allégations non fondées selon le Recteur de l’Université de Yaoundé I.

Dans un communiqué signé le 27 mai 2016 et parvenu à la rédaction de Cameroun-Info.Net, le Pr Maurice Aurélien Sosso indique que les procédures légales sont d'ores et déjà engagées pour restaurer son image et celle de l'institution qu'il incarne. L’intégralité du Communiqué radio-presse:

«Dans le cadre de la Bonne Gouvernance Universitaire prescrite par Son Excellence Paul Biya, Président de la République et Chef de l'Etat, coordonnée par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Philémon Yang et mise en oeuvre par le Ministre de l'Enseignement Supérieur, Chancelier des Ordres Académique, Professeur Jacques Fame Ndongo et dans l'objectif d'amélioration de la communication institutionnelle;

Le Recteur de l'Université de Yaoundé I, Pr Maurice Aurélien Sosso, informe la Communauté Universitaire Nationale et Internationale et le public que:

Toutes les informations relayées par certains médias, tendant à ternir son image et celle de l'institution qu'il incarne, émanant d'un enseignant particulièrement indiscipliné et récidiviste, sont dénuées de tout fondement et relèvent tout simplement de nuisances orchestrées pour des raisons inavouées.

Il rassure que l'ensemble du personnel de l'Université de Yaoundé I, ne se laissera pas distraire dans sa quête quotidienne d'amélioration positive des performances de cette institution, désormais classée parmi les meilleures Université Africaine et propulsée dans la voie de la Modernisation et de la Modernité.

Pour la manifestation de la vérité, les procédures légales sont d’ores et déjà engagées».