You are here: HomeNews2018 01 12Article 430379

General News of Friday, 12 January 2018

Source: lequatriemepouvoir.com

Yaoundé: la colère monte chez les enseignants

Les encadreurs de lycées et collèges expriment leur ras-le-bol depuis plusieurs jours et envisagent de passer à l’offensive. En cause, des conditions non respectées par leur tutelle administrative.

Ce jeudi 11 janvier 2017, le Nouveau Collectif des Enseignants Indignés du Cameroun qui regroupe au moins 5000 membres ont adressé un préavis de grève au Ministre de l'Enseignement Secondaire avec ampliation au Premier Ministre et autres institutions pour leur signaler leur intention de descendre dans la rue si leurs conditions salariales ne sont pas résolues.

En effet, du 27 au 29 mars 2017, un groupe d'enseignants réuni au sein du Collectif des Enseignants Indignés du Cameroun (CEIC) avait envahi les artères de la ville de Yaoundé pour réclamer leurs arriérés de salaire. Le 39 mars de la même année, le Ministre de l'enseignement secondaire leur avait promis de solutionner ces problèmes.

Au fil du temps, plusieurs tripartites se sont tenues et à peine 20% de ces problèmes a été pallié. Les différentes plaintes des membres du CEIC ont été un fiasco. Le président de ce collectif, Jacques BESSALA est accusé de connivence avec le gouvernement. Il répond désormais à ses collègues avec une certaine condescendance. Toute chose qui justifie la naissance du NCEIC (le nouveau collectif).

Précisons que Certains enseignants ont déjà fait 3 ans sans salaires, d'autres attendent le rappel de leurs salaires depuis 2 ans. Les conseillers d'orientation depuis le décret du chef de l'état en 2002 leur octroyant une prime d'encadrement psychopédagogique n'ont jamais bénéficié cette prime.

Les enseignants accumulent parfois 3, 4 voire 5 avancements non traités par le minesec parfois certains sont signés mais les effets financiers ne sont pas suivis au minfi. Entre temps on fait des endettements pour permettre aux "professeurs" d'informatique qui confondent 32 à 500 de détourner des centaines de milliards.

Les réseaux ont refait surface avec des pourcentages allant jusqu'à 30% au bonheur du des employés du Minfi et du Minesec.

Avec un tel traitement au corps enseignant qui est sensé préparer la matière grise pour sortie l Cameroun de la misère, on est par loin de l'immergeance.