You are here: HomeSports2019 05 07Article 462633

Sports News of Tuesday, 7 May 2019

Source: pdefoot.com

Humiliation de Mouelle Kombi: comprendre l'attitude d'Ahmad Ahmad

Le sacre des lions indomptables U17 à la coupe d’Afrique des nations remportée dimanche 28 avril dernier en Tanzanie n’a pas seulement révélé une génération talentueuse et prometteuse. Cette victoire a aussi braqué les projecteurs sur une question fondamentale, mieux une occurrence qui a toujours rythmé les rapports entre les instances de football et leur gouvernement.

En effet, beaucoup ont été choqué de voir le ministre camerounais des sports et de l’éducation physique être éconduit par le président de la confédération africaine de football. Alors que Narcisse Mouelle Kombi avait rejoint les bébés lions champions d’Afrique sur le podium en sa qualité, croyait-il, de chef de la délégation camerounaise, il a été stoppé net dans son élan par Ahmad Ahmad qui lui a certainement recommandé de regagner son siège puisque c’est qu’il a fait. Cette intervention du patron du football africain a suscité de vives réactions et critiques au sein de l’opinion nationale qui y voit encore dans cet acte une autre phase de la vengeance du malgache contre le Cameroun.

Seulement à la vérité, cette interpellation sacrifiait uniquement à une logique protocolaire, laquelle établit la préséance de la Fecafoot sur le ministère des sports et de l’éducation physique et dans le cas d’espèce puisqu’on parle des individus, c’est au président la Fecafoot Seidou Mbombo Njoya, chef de la délégation des lions indomptables U17 selon la Caf d’être sur le podium.

Pour comprendre ce primat de la Fecafoot sur le ministère des sports, il suffit de se rappeler que la Caf ne traite qu’avec les associations au rang desquelles la Fecafoot qui représente le Cameroun et par conséquent le président de ladite instance parle au nom du Cameroun. Le poste de ministre étant une fonction politique et directement lié au gouvernement dont la CAF et plus loin la Fifa s’attèlent à interdire toute ingérence dans la gestion de l’Association (Fecafoot) qui doit être apolitique.

On se souvient encore avoir vu des fédérations de football suspendues au motif que leur ministère de sports ses sont rendus coupables d’ingérence dans les affaires de l’association.

C’est donc le président de la fédération camerounais de football (fonction technique) qui était l’ambassadeur des lions indomptables en Tanzanie et non pas le ministre des sports et de l’éducation physique (fonction politique). De ce point de vue, le rappel à l’ordre du président de la Caf à l’endroit du ministre camerounais des sports fait sens dans le fond même si sur le forme, l’ambiance jugée humiliante peut choquer