You are here: HomeBusiness2019 01 11Article 453803

Business News of Friday, 11 January 2019

Source: ecomatin.net

Camtel appelée à s’arrimer au budget-programme dès 2020

CamtelBuilding L’interpellation a été faite par le conseil d’administration, lors de sa session ordinaire

Cela peut paraître curieux. La Cameroon Telecommunications (Camtel), la structure publique en charge de la gestion du patrimoine de l’Etat en matière de télécommunications ne s’est pas arrimée au mode de budgétisation par programme. Un mode de gestion axé sur les résultats pourtant adopté par la grande majorité des structures publiques depuis la réforme de 2007 portant régime financier de l’Etat.

"Avec un budget s’équilibrant en recettes et en dépenses à environ 160 milliards de FCFA pour l’exercice 2019, le nouveau top management de cette entreprise devrait mettre en œuvre les exigences en matière de gouvernance."

L’on peut aisément comprendre l’interpellation du conseil d’administration de cette entreprise qui, lors de sa session ordinaire, tenue le 27 décembre 2018 à Yaoundé, a demandé à la direction générale d’arrimer l’entreprise à partir de 2020 aux dispositions pertinentes de la loi portant régime financier de l’Etat consacrées à la budgétisation par programme. Avec un budget s’équilibrant en recettes et en dépenses à environ 160 milliards de FCFA pour l’exercice 2019, le nouveau top management de cette entreprise devrait mettre en œuvre les exigences en matière de gouvernance. Notamment, l’accroissement de la production, de l’innovation et de la performance de l’entreprise.

LIRE AUSSI: La Sonara accusée d’incivisme fiscalo-douanier

En effet, à la faveur des décrets présidentiels du 14 décembre 2018, une nouvelle équipe est arrivée à la tête de cette entreprise, avec notamment Mohamadou Saoudi au poste du président du conseil d’administration, Yah Sunday, épse Achidi, directeur général et M. Ollé Daniel Désiré, directeur général adjoint. Ces différents responsables ont été installés à leurs postes de responsabilité respectifs, le lundi 17 décembre 2018 à Yaoundé par le ministre des Postes et Télécommunications. C’est à eux qu’il revient donc de relever les différents défis qui interpellent cette entreprise. Parmi ceux-ci, il y a par exemple, la nécessité de mettre en place une approche commerciale plus conquérante pour profiter de ses ressources de manière optimale. En effet, selon certains observateurs, Camtel qui tire la meilleure partie de son chiffre d’affaires sur la gestion de la bande passante et de la connectivité internationale a une réelle incapacité à profiter de ses ressources de manière optimale, du fait d’une approche commerciale défaillante.

Avec son réseau en fibre optique, Camtel pourrait quintupler ses revenus sur ce créneau si l’entreprise disposait d’une stratégie robuste. Mais elle est en retard par rapport aux énormes besoins du pays en matière de technologies de l’information, souffle-t-on. Ce monopole qu’il détient dans la gestion de la bande passante fait d’ailleurs l’objet des critiques de la Banque mondiale. L’institution de Bretton Woods pense, qu’il est tout à fait anormal que Camtel qui bénéfice déjà du monopole sur les infrastructures terrestres soit à la fois opérateur de services. Elle trouve qu’il s’agit là d’une situation qui favorise le déséquilibre du marché des télécoms.