You are here: HomeBusiness2020 03 17Article 498976

Business News of Tuesday, 17 March 2020

Source: financialafrik.com

Coronavirus : l’Afrique peut perdre la moitié de son PIB


Click to read all about coronavirus →

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) met en garde que la crise actuelle du coronavirus peut sérieusement compromettre la croissance déjà stagnante de l’Afrique avec les pays exportateurs de pétrole perdant jusqu’à 65 milliards de dollars de revenus alors que les prix du pétrole brut continuent de chuter.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba, la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, déclare qu’ayant déjà fortement touché le principal partenaire commercial de l’Afrique, la Chine, le COVID-19 affecte inévitablement le commerce africain.

Elle dit que bien que quelques cas de COVID-19 aient été signalés dans une quinzaine de pays, la crise portera un coup dur aux économies africaines.

« L’Afrique peut perdre la moitié de son PIB avec sa croissance passant de 3,2% à environ 2% pour un certain nombre de raisons, notamment la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales », affirme Mme Songwe, ajoutant l’interconnexion du continent aux économies affectées de l’Union européenne, la Chine et les États-Unis entraîne des répercussions.

Elle déclare que le continent aura besoin jusqu’à 10,6 milliards de dollars américains en termes d’augmentations imprévues des dépenses de santé pour empêcher la propagation du virus, tandis que d’autre part, les pertes de revenus sont susceptibles de conduire à une dette insoutenable.

Le COVID-19, dit Mme Songwe, peut réduire les exportations totales du Nigéria de pétrole brut en 2020 entre 14 et 19 milliards de dollars américains.



La CEA estime que le COVID-19 peut entraîner une baisse des recettes d’exportation de l’Afrique de 101 milliards de dollars américains en 2020.

Les envois de fonds et le tourisme sont également touchés car le virus continue de se propager dans le monde entier, entraînant une baisse des flux d’IDE ; une fuite des capitaux ; un resserrement des marchés financiers nationaux et un ralentissement des investissements – d’où des pertes d’emplois.

Les produits pharmaceutiques, importés principalement d’Europe et d’autres partenaires touchés par le COVID-19 hors d’Europe, sont susceptibles de voir leurs prix augmenter et leur disponibilité réduite pour les Africains.

Étant donné que près des deux tiers des pays africains sont des importateurs nets de produits alimentaires de base, on peut craindre que les pénuries affectent sérieusement la disponibilité et la sécurité alimentaires.

De plus, les conséquences négatives s’aggraveront si COVID-19 se transforme en épidémie en Afrique.

En outre, il se peut qu’une baisse des prix des produits de base entraîne des pressions budgétaires pour les puissances économiques africaines telles que l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Algérie, l’Égypte et l’Angola.

S’exprimant lors de la même conférence de presse, Stephen Karingi, Directeur de la Division de l’intégration régionale et du commerce de la CEA, déclare que c’est une opportunité qui s’offre à l’Afrique d’en tirer parti, car les échanges au sein de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) sont supposés commencer en juillet.



« Le marché intra-africain peut aider à atténuer certains des effets négatifs du COVID-19 en limitant la dépendance à l’égard de partenaires extérieurs, en particulier dans les produits pharmaceutiques et les aliments de base », affirme M. Karingi, ajoutant que la diversification des économies hormis celles articulées sur les combustibles est vitale au-delà du COVID -19.

Il souligne la nécessité pour le continent de mettre en œuvre d’urgence la ZLECA en exhortant les pays africains qui exportent des médicaments à donner la priorité à la vente sur le marché africain.

La CEA, dans une présentation sur les effets économiques du COVID-19 sur l’Afrique, suggère que les gouvernements africains revoient et révisent leurs budgets pour redéfinir les priorités de dépenses afin d’atténuer les impacts négatifs attendus du COVID-19 sur leurs économies.

En tant que filet de sécurité, le groupe de réflexion exhorte les gouvernements à fournir des incitations aux importateurs de produits alimentaires pour qu’ils acheminent rapidement leurs achats afin de garantir des réserves alimentaires suffisantes pour les principaux produits alimentaires de base.

M. Karingi indique que les plans de relance budgétaire sont également cruciaux si le continent veut surmonter la tempête COVID-19 qui a coûté la vie à plus de 5 000 personnes dans le monde et infecté 139 637 personnes.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.