You are here: HomeBusiness2019 02 07Article 455724

Business News of Thursday, 7 February 2019

Source: investiraucameroun.com

La CNPS a quintuplé son résultat net entre 2015 et 2017

La Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), l’organisme étatique en charge de la sécurité sociale des travailleurs au Cameroun, a clôturé l’année 2017 avec un résultat net (bénéfice) de 54,2 milliards FCFA, nouvelle performance record après les 43,7 milliards enregistrés au terme de l’année 2016.

Selon les statistiques compilées par la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (CIPRES), ce résultat net réalisé en 2017 est le quadruple de celui de l’année 2014 (12,2 milliards FCFA), et le quintuple des 10,5 milliards de 2015.

L’évolution exponentielle de cet indicateur coïncide avec l’implémentation de certaines réformes au sein de cette entreprise publique à partir de l’année 2015.

LIRE AUSSI: CAMTEL: effroyables révélations sur l'ex-DG et sa propagation du VIH-SIDA

Il s’agit principalement de la revalorisation des taux de cotisations sociales, de 7 à 8,4% ; du relèvement du plafond des salaires cotisables, de 300 000 à 750 000 FCFA ; ou encore de l’instauration de l’assurance sociale volontaire, qui permet de capter les travailleurs du secteur informel.

Mais à côté de ces mesures, les chiffres de la CIPRES révèlent un dynamisme accru de la CNPS dans les investissements au cours des quatre dernières années, avec notamment un accroissement tout aussi important des revenus issus des loyers (ce qui subodore l’augmentation des investissements dans l’immobilier), placements divers et autres dividendes engrangés grâce aux actifs détenus par la société.

Dans le détail, tous ces revenus découlant des activités d’investissement ont pratiquement doublé en 4 ans, passant de 5,6 milliards FCFA en 2014, à une enveloppe de 10,2 milliards en 2017 ; contre 6 et 7,3 milliards respectivement en 2015 et 2016.

Selon la CIPRES, la hausse de ces revenus a substantiellement contribué au financement des charges de la CNPS (de seulement 16,8% en 2014 à près de 30% en 2017), lui permettant ainsi de dégager des marges bénéficiaires plus importantes.