You are here: HomeBusiness2020 02 05Article 489697

Business News of Wednesday, 5 February 2020

Source: agenceecofin.com

La dette publique de Cameroun actualisée culmine à 8?650 milliards

Le Comité national de la dette publique (CND) du Cameroun informe qu’au cours de l’exercice 2019, il a régulièrement tenu ses sessions et a veillé à la soutenabilité et à la viabilité de l’endettement public du pays.

Ainsi, indique le CND, au 31 décembre 2019, l’encours de la dette publique et à garantie publique du Cameroun est actualisé à 8?650 milliards FCFA, soit 38,3% du PIB. Sans plus de détails, le CND précise que sur les 8?650 milliards FCFA, 6?671 milliards constituent la dette extérieure. Le reste, 1?979 milliards FCFA, forme la dette intérieure.

Le 21 janvier 2020, à l’occasion de la conférence annuelle des services centraux et déconcentrés du ministère de l’Économie, le directeur général de la coopération et de l’intégration de ce ministère, Charles Assamba Ongodo, chiffrait la dette du pays à fin 2019 à 8?384 milliards FCFA, soit un taux d’endettement de 37,4% du PIB. La dette actualisée est donc en hausse de 266 milliards en valeur réelle et de 1% du PIB en valeur relative.

Pour le comité, le niveau d’endettement du Cameroun reste malgré tout viable. Raison, le taux d’endettement (38,3% du PIB) reste largement en deçà du seuil communautaire de la zone Cemac (70% du PIB). Ce point de vue est différent de celui du Fonds monétaire international (FMI). Ce partenaire multilatéral du Cameroun attire régulièrement l’attention du pays sur la qualité de sa dette et le rythme de son endettement.

Au cours de l’année 2019, le FMI a par exemple déconseillé au Cameroun de recourir à de nouveaux emprunts non concessionnels et de respecter strictement le plan de décaissement des prêts contractés, mais non décaissés pour préserver la viabilité de la dette. «?Une meilleure hiérarchisation des projets et une efficience accrue des investissements contribueront à répondre aux besoins de développement, tout en favorisant une gestion prudente de la dette?», avait conseillé le FMI.