You are here: HomeBusiness2019 02 07Article 455772

Business News of Thursday, 7 February 2019

Source: energies-media.com

Le pétrolier singapourien saisi à Limbe finalement relâché

La société singapourienne Eastern Pacific Shipping a indiqué, dans un communiqué publié mercredi, que les 26 membres d’équipage du navire « Barents Sea » ont quitté le port de Limbe le 05 février indemnes. Le pétrolier avait été saisi le 1er février pour une dispute commerciale

Le pétrolier battant pavillon singapourien saisi à Limbe (Sud-Ouest Cameroun) le 1er février a finalement pu quitter le port de cette ville portuaire le 05 février, avec ses 26 membres d’équipage tous indemnes, relate un communiqué publié mercredi par la société singapourienne Eastern Pacific Shipping, gestionnaire du navire.

LIRE AUSSI: Commerce extérieur: alerte rouge sur les devises dans les banques camerounaises

Selon l’ambassade de Chine au Cameroun, le navire singapourien « Barents Sea », après des opérations de déchargement dans le port de Limbe, était en train d’appareiller à proximité de la raffinerie de la Sonara lorsqu’il a été contrôlé par des militaires camerounais dans la soirée du 1er février.

Vingt-six membres d’équipage se trouvaient à bord, dont deux ressortissants chinois. Il leur a été interdit de quitter le navire, tandis que le pétrolier s’est également vu interdire de quitter le port.

La société Eastern Pacific Shipping accuse Jules François Famawa, propriétaire de l’affréteur local DSC Marine, d’avoir utilisé des « moyens illégitimes » pour faire saisir le navire en espérant une « rançon ».

Un responsable militaire camerounais a confirmé sous couvert d’anonymat à Xinhua que l’incident avait bien eu lieu et qu’il s’agissait d’une « dispute commerciale ».

LIRE AUSSI: 100% du gaz naturel liquéfié camerounais est allé vers l’Asie

Dans le communiqué publié le 06 février, Eastern Pacific Shipping remercie les autorités maritimes de Singapour, les différentes ambassades représentant l’équipage du navire – composé de ressortissants indiens, chinois et turcs – et les autorités camerounaises, pour leur implication dans le dénouement de cette situation.