You are here: HomeBusiness2019 02 18Article 456598

Business News of Monday, 18 February 2019

Source: Defis actuels N°365

Le projet technopole agro-industriel veut séduire les investisseurs

Cette initiative du gouvernement a pour objectif, de mettre en place un cadre compétitif de production et de transformation dans le secteur agro-industriel en valorisant des extrants agricoles issus des agropoles.

Dans la perspective de donner plus de visibilité au tissu économique camerounais, apporter suffisamment de technologie aux entreprises et soutenir les filières porteuses de croissance, le gouvernement, à travers le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique (Minmidt), a jugé utile de mettre sur pied le projet Technopole agro-industriel.

Basé dans la localité de Nkoteng, région du Centre, ce projet est un espace où convergera à la fois des instituts de formation, des centres de recherche,
des espaces d’incubation, des zones de production en haute technologie, des services d’entreprises, des espaces commerciaux et des aires culturelles. Le but étant de créer une synergie entre développeurs de savoir-faire et entreprises de production industrielle, dans des projets collaboratifs et innovants. Mais aussi permettre à toutes ces structures de travailler dans un cadre attractif pour les investissements. C’est ce projet que le directeur du développement technologique et de la propriété industrielle au Minmidt, Beng Ndjali, a présenté le 16 février dernier sur le site du Salon International de l’Entreprise, de la Petite et Moyenne Entreprise et du Partenariat (Promote). En effet, a souligné Ben Ndjali, l’une des spécificités de ce Technopole réside sur le fait qu’il contient un Centre de développement qui va permettre la transformation des produits locaux. Diffuser et essaimer la technologie dans chaque segment de la chaine de valeurs locales vers leur forme moderne et les exporter.

Il est aussi question de faire émerger l’esprit d’entreprenariat et de bonnes pratiques managériales et commerciales dans un espace physique et virtuel hautement incitatif et propice. Au terme des trois premières années, le projet rapportera des bénéfices avant impôts de 24,2 milliards de francs CFA, 11,8 et 12,3 milliards de francs CFA. Le bénéfice après impôts se situera quant à lui à 14,7 milliards de francs CFA, 7,4 et 8 milliards de francs CFA. L’appel à manifestation international a d’ore et déjà été lancé et l’on est rendu à la phase de la sélection de consortium qui va gérer ce projet.