You are here: HomeBusiness2019 11 07Article 475436

Business News of Thursday, 7 November 2019

Source: agenceecofin.com

Malgré la crise, le Cameroun enregistre une croissance de 4,2%

La croissance de l’activité économique du Cameroun se situe à 4,2 % du PIB La croissance de l’activité économique du Cameroun se situe à 4,2 % du PIB

La croissance de l’activité économique du Cameroun se situe à 4,2 % du PIB au deuxième trimestre de 2019. C’est ce que révèle l’Institut national de la statistique (INS) dans sa récente analyse sur les comptes nationaux du pays. Ce taux est légèrement en baisse, comparativement aux 4,4% enregistrés sur la même période en 2018.

Avec une contribution à la croissance de 2,7 points, le secteur tertiaire se place en tête. Il est suivi du secteur secondaire (1,1 point) et du primaire (0,4 point).

«?Le secteur tertiaire demeure le moteur de la croissance, impulsé par les performances des activités de commerce et des services non marchands fournis par les administrations publiques?», indique l’INS.

Selon la même institution, le secteur primaire demeure vigoureux. Sa performance est soutenue par l’agriculture industrielle et d’exportation et, dans une moindre mesure, par l’agriculture vivrière avec une maîtrise des prix des produits vivriers, traduisant une amélioration de l’offre locale.

Le secteur secondaire poursuit son dynamisme acquis depuis le début de l’année 2018, à travers les bonnes performances enregistrées dans toutes ses branches d’activité, traduites par des contributions positives à la croissance du PIB.

Les industries extractives, notamment l’extraction des hydrocarbures, portée par la production du gaz naturel, enregistrent une contribution de 0,2 point.
Les autres industries manufacturières ont également soutenu la croissance du secteur secondaire, en dépit de la baisse de l’activité de la raffinerie de pétrole brut par la Société nationale de raffinage (Sonara), consécutive à l’incendie survenu à la fin mai 2019.

Du côté de la demande, la croissance du PIB est essentiellement soutenue par la consommation finale et la composante privée de l’investissement avec des contributions respectives de 4,4 points et 2,4 points à la croissance.