You are here: HomeBusiness2019 08 01Article 468913

Business News of Thursday, 1 August 2019

Source: cameroon-info.net

Voci la nouvelle réglementation des changes en zone CEMAC

La vulgarisation de la nouvelle réglementation des changes en zone CEMAC se poursuit. Ce règlement qui apporte des innovations substantielles dans l’exercice de l’activité de change en Afrique centrale de même que des nouvelles obligations à la charge des établissements de crédit a fait l’objet d’un échange le 30 juillet 2019 à Douala.

L’on sait que désormais les entreprises qui doivent payer les fournisseurs à l’étranger font du préfinancement en lieu et place du refinancement afin de permettre à la banque centrale de vérifier la réalité et la conformité des opérations.

Selon Mohammed Mejbar,le directeur général de la banque SCBC organisatrice de l’ « apéro thématique » de mardi dernier, « le nouveau règlement a pour objectifs majeurs d’adapter la règlementation à de nouvelles problématiques telles que l’émergence de nouveaux moyens de paiement et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ».

Il croit qu’avec ses 192 articles contre 129 pour l’ancien règlement il offre plusieurs avantages aux usagers. Parmi ceux-ci la définition d’une autorité unique de supervisions uniques des transactions extérieures, l’obligation de rétrocession des devises mieux définie, la simplification des procédures et responsabilisation plus accrue des banques dans le suivi des transactions. Le nouveau dispositif prévoit un délai transitoire de 6 mois qui expire le 1er septembre 2019.

SCB qui dit avoir voulu mettre à la disposition des usagers les moyens de les assister dans le cadre des nouvelles procédures d’opérations en rapport avec le change de leur banque, a promis dans les prochains jours un recueil de textes relatifs à la réglementation du change qui sera mis à leur disposition gratuitement par sa banque.

Pour la représentante de la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique centrale) à cette soirée la nouvelle réglementation sonne le retour à l’orthodoxie. Mireille Bakali souhaite que soient justifiées toutes les opérations financières.