You are here: HomeNewsDiaspora2015 12 31Article 350883

Diasporian News of Thursday, 31 December 2015

Source: camernews.com

Des réfugiés centrafricains votent « pour la paix » dans leur pays

Environ 12 000 réfugiés de Garoua-Boulaï se sont inscrits sur les listes électorales en vue de la présidentielle du 30 décembre.

Hamidou Hamidou exhibe fièrement son pouce tâché d’encre bleue. Il était impatient de glisser son bulletin dans l’urne du bureau de vote de Garoua-Boulaï, petite ville de l’est du Cameroun où vivent plusieurs milliers de réfugiés centrafricains.

« Je veux que la paix revienne. Il est temps d’avoir un nouveau président qui va enfin reconstruire notre pays », lance-t-il en souriant de toutes ses dents gâtées par le tabac.

Environ 12 000 réfugiés de Garoua-Boulaï comme Hamidou Hamidou se sont inscrits sur les listes électorales en vue de la présidentielle du 30 décembre.

En file indienne, ils ont attendu toute la journée pour choisir leur candidat sur l’unique bulletin de vote à disposition, une fiche où sont inscrits une trentaine de noms.

Le temps d’entrer dans l’isoloir de fortune, d’apposer leur pouce teinté d’encre devant leur candidat et d’introduire la feuille dans l’urne, l’opération dure bien cinq minutes par personne.

« La plupart de ces réfugiés n’ont jamais voté. Nous devons expliquer et réexpliquer à chaque électeur le processus », explique Alain Bambo, président du centre de vote de Garoua-Boulaï. Dans chacun des neuf bureaux de ce centre, les électeurs sont aidés par des agents formés par l’Autorité nationale des élections (ANE), l’organe en charge des scrutins en RCA.

Enthousiasme tempéré

Non loin de là, le camp de Gado-Badzere compte 25 000 personnes. C’est l’un des plus grands camps des réfugiés centrafricains au Cameroun. Seulement 6 000 d’entre eux se sont inscrits sur les listes. Fadimatou Issa, 25 ans, s’est prononcée « pour la paix et Karim Meckassoua, celui qui peut ramener la joie en Centrafrique ». Près d’elle, son frère aîné, 28 ans, hoche la tête.

« J’ai voté Martin Ziguélé car, il est le seul homme capable de nous sauver en Centrafrique. Il peut unir les chrétiens et les musulmans pour toujours », affirme pour sa part Patient, un jeune homme de 23 ans. Les responsables du bureau qui les accueillent, sourient devant tant d’enthousiasme.

Il faut pourtant aussi compter avec l’agacement de certains électeurs empêchés de voter. « L’ANE, depuis Bangui, nous a demandé de ne pas faire voter les candidats qui n’avaient pas leurs noms sur les listes, même s’ils détiennent une carte d’électeur », explique Joseph Prince Kpokpolingou, coordonnateur des élections sur le site de Gado-Badzere.

« C’est comme ça qu’ils complotent pour organiser une autre guerre. Comment est-il possible que j’aie ma carte et pas mon nom sur la liste, fulmine Youssouf Ahmet. C’est de la fraude. De la fraude tout court car, quelqu’un d’autre va voter à ma place ».

Le Cameroun abrite le plus grand nombre de réfugiés centrafricains. Plus de 200 000 d’entre eux s’y sont installés dans quatre régions, principalement à l’Est et au Nord, selon l’ONU.