You are here: HomeCountryEducationEducation in Cameroon

L'Education au Cameroun

I. Histoire de l'éducation camerounaise

Deux systèmes d'éducation distincts ont été utilisés au Cameroun après l'indépendance : Le système du Cameroun oriental était basé sur le modèle français et celui du Cameroun occidental sur le modèle britannique. A l'époque, les architectes de l'indépendance percevaient cette politique comme un symbole d'intégration nationale entre l'Ouest et l'Est du Cameroun. Les deux systèmes ont été fusionnés en 1976, mais des études suggèrent que les deux systèmes ne se sont toujours pas mélangés.

Peu après l'indépendance, le français a été considéré comme la langue principale du pays, mais l'essor de l'anglais comme première langue commerciale dans le monde a fait que l'équilibre est passé à cette dernière. Les écoles missionnaires chrétiennes ont joué un rôle important dans le système éducatif, la plupart des enfants n'en ont pas les moyens et sont obligés de choisir des écoles publiques. Alors que le pays dispose d'institutions dédiées à la formation des enseignants et à l'enseignement technique, les étudiants les plus riches et les mieux formés ont de plus en plus tendance à quitter le pays pour étudier et vivre à l'étranger, ce qui entraîne une fuite des cerveaux.

- Législation


La Constitution affirme que "l'État garantit le droit de l'enfant à l'éducation. L'enseignement primaire est obligatoire". Le gouvernement a évité le langage des droits de l'homme et n'a fait référence qu'à "l'égalité des chances pour l'accès à l'éducation". Lorsque six années d'enseignement primaire sont achevées, l'enseignement reste obligatoire jusqu'à l'âge de 14 ans. L'enseignement primaire est gratuit (depuis 2000), mais les familles doivent payer les uniformes, les frais de scolarité et parfois même la prophylaxie antipaludique pour les élèves. Les frais de scolarité et les frais de scolarité au niveau secondaire sont en effet très élevés et restent malheureusement inabordables pour de nombreuses familles.

- Statistiques

Informations générales Statistique
Nombre d'années d'études prévues (en moyenne) 10.3 ans
Taux d'alphabétisation des adultes (15 ans et plus, les deux sexes) 70.7%
Nombre moyen d'années de scolarité (adultes) 5.9 ans
Indice d'éducation 520
Taux bruts combinés de scolarisation dans l'enseignement (deux sexes) 60.4

 

Selon les données disponibles pour 2011, 47,7 % des filles et 56,7 % des garçons fréquentent l'école primaire. Le faible taux de scolarisation a été attribué au coût, la participation des filles étant encore réduite par le mariage précoce, le harcèlement sexuel, les grossesses non désirées, les responsabilités domestiques et certains biais socioculturels. Les travailleurs domestiques ne sont généralement pas autorisés par leurs employeurs à fréquenter l'école.

 

Une étude gouvernementale de 2004 a révélé qu'il existe un écart important entre la capacité des écoles et le nombre d'élèves potentiels. Selon l'étude, les établissements préscolaires ne desservent que 16 % de la population étudiante potentielle. Au sein du système scolaire, les provinces du Nord étaient les plus défavorisées, avec seulement 5,7 % de tous les enseignants travaillant dans le Nord de l'Adamawa et les provinces de l'Extrême Nord réunies. L'étude a montré que les écoles élémentaires ne pouvaient accueillir que 1,8 million d'élèves, bien que 2,9 millions d'entre eux aient fréquenté l'école.

 

Ces résultats ont poussé le gouvernement camerounais à lancer un programme triennal de construction et de rénovation d'écoles, d'amélioration des compétences des enseignants et de fourniture de matériel pédagogique, qui a apparemment été renouvelé en 2010. Toutefois, les problèmes ne sont toujours pas considérés comme résolus. Le détournement de fonds pour l'éducation est considéré comme le principal problème dans l'enseignement primaire, la moitié des écoles primaires publiques de l'échantillon signalant des problèmes avec leurs bâtiments (seulement 19 % des écoles ont des toilettes fonctionnelles, 30 % ont accès à un robinet d'eau et à peine 30 % ont suffisamment de tables et de bancs pour les élèves). L'absentéisme des enseignants et la mauvaise mise en œuvre et application des règles et règlements y contribuent également.

II.    Structure du système éducatif

 

Le système éducatif camerounais est divisé en quatre niveaux : primaire (six ans, obligatoire), collège (cinq ans), secondaire/lycée (deux ans) et supérieur (université). L'année académique s'étend de septembre à juin, date à laquelle les examens de fin d'année sont toujours passés. Le General Certificate of Education (GCE), tant au niveau ordinaire qu'au niveau avancé, sont les deux examens les plus qualifiés dans la partie anglophone du Cameroun.

 

Il existe deux systèmes d'enseignement secondaire distincts, selon qu'il s'agit du modèle colonial français ou britannique. Dans l'ensemble, la phase secondaire comprend cependant un niveau inférieur (collège) et un niveau supérieur (lycée). Pour la majorité des jeunes, cette distinction reste académique, car leurs parents n'ont pas les moyens de payer les frais de scolarité du secondaire. Les élèves qui obtiennent leur diplôme d'études secondaires après cinq ans doivent passer le niveau ordinaire de la CME, et ceux qui obtiennent leur diplôme après deux ans d'études secondaires doivent passer le niveau avancé de la CME.

 

Jusqu'à présent, le niveau avancé de la CME et le baccalauréat (l'équivalent français du niveau universitaire) sont les deux principales qualifications d'entrée dans les établissements d'enseignement supérieur. Après l'enseignement secondaire, il est possible d'entreprendre des cours "d'études professionnelles" destinés aux chômeurs sous la responsabilité du ministère de l'emploi.

•    Échelle de classement


Echelle de classement française

Note Remarque
15.00-20.00   Trés bien (very good)
13.00-14.99   Bien (good)
12.00-12.99  Assez bien (quite good)
11.00-11.99  Passable (satisfactory)
10.00-10.99   Moyen (sufficient)
0.00-9.99  Insuffisant (insufficient)


-    Echelle de classement anglais

Note Remaque Division
A  First class  
A- Second class Upper division
B  Second class   Lower division
C Pass  

 

III. Enseignement primaire et secondaire


En 2002, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 108 %. Les taux bruts de scolarisation sont basés sur le nombre d'élèves officiellement inscrits à l'école primaire et ne reflètent pas nécessairement la fréquentation scolaire effective. En 2001, 84,6 % des enfants de 10 à 14 ans étaient scolarisés. En 2001, 64 % des enfants qui avaient commencé l'école primaire étaient susceptibles d'atteindre la cinquième année.

Moins de filles que de garçons s'inscrivent à l'école primaire au Cameroun, ce qui est généralement dû à des problèmes tels que les mariages précoces, les grossesses non planifiées, les tâches domestiques et les préjugés socioculturels qui contribuent également à la faiblesse des taux d'éducation. En 2001, le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies a identifié un certain nombre de problèmes dans le système éducatif camerounais, notamment les disparités rurales/urbaines et régionales dans la fréquentation scolaire, l'accès limité à l'éducation formelle et professionnelle des enfants handicapés, les enfants en retard dans leur éducation primaire, un taux élevé d'abandon scolaire, la pénurie d'enseignants du primaire et la violence et les abus sexuels à l'école.

Le taux d'alphabétisation des adultes est de 67,9 %. Dans les régions méridionales du pays, presque tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire sont scolarisés. Dans le nord cependant, qui a toujours été la partie la plus isolée du Cameroun, le taux d'enregistrement est faible. La plupart des élèves camerounais ne vont pas au-delà du primaire. Ces dernières années, les étudiants les plus brillants ont de plus en plus tendance à quitter le pays pour étudier à l'étranger et à s'y installer : ce que l'on appelle la "fuite des cerveaux".

Dans le sous-système éducatif anglophone du Cameroun, les élèves qui quittent l'école primaire entrent dans l'enseignement secondaire après avoir réussi les examens communs d'admission du gouvernement (et obtenu un premier certificat de fin de scolarité) en classe 6 (maintenant) ou 7 (autrefois). Les deux dernières années du secondaire, après les niveaux GCE O, sont appelées le secondaire. Un lycée fait partie de l'école secondaire mais au Cameroun, il est habituel de parler de lycée pour une école qui se termine aux niveaux O et de lycée pour une école qui offre un programme complet d'enseignement secondaire de sept ans (ou qui a simplement des classes de sixième inférieure et supérieure).

Les chercheurs du projet PanAf au Cameroun ont constaté que les étudiantes utilisent maintenant les réseaux sociaux Internet plus pour des raisons pédagogiques que pour la recherche traditionnelle d'un petit ami. Les réseaux sociaux les plus utilisés sont Facebook, Twitter Myspace, Hi-5, Aidforum et Commentcamarche.

IV. Enseignement supérieur


Bien que le Cameroun s'enorgueillisse d'une cachette tentaculaire d'institutions académiques d'excellence juniors, les institutions supérieures sont plutôt insuffisantes. Il existe huit universités publiques à Buea, Bamenda, Douala, Yaoundé I & II, Dschang, Maroua et Ngaoundere. Il existe une poignée d'universités privées florissantes comme l'Université des sciences et technologies de Bamenda (BUST), l'Université internationale, Bamenda et l'Université Fotso Victor dans la province occidentale.

A l'origine, l'Université de Buea était la seule université de style anglo-saxon, mais avec l'ouverture de l'Université de Bamenda en 2011, le Cameroun compte désormais deux universités anglophones. Les six autres universités publiques du Cameroun sont gérées sur le modèle de la francophonie, bien qu'en principe, elles soient considérées comme des institutions bilingues. Les universités camerounaises sont strictement gérées par le gouvernement central, les pro-chanceliers et les recteurs étant nommés par décret présidentiel. Le ministre de l'enseignement supérieur est le chancelier de toutes les universités d'Etat du Cameroun.

Par rapport aux pays voisins, le Cameroun jouit généralement d'un calendrier académique stable. Au total, l'enseignement supérieur camerounais a été un succès depuis l'indépendance, avec des milliers de diplômés dont la majorité est consommée par le service public national. Le gouvernement ne fait pas grand-chose, voire rien du tout, pour freiner la tendance sans cesse croissante de centaines de diplômés universitaires à quitter le pays pour des pâturages plus verts, qui est de plus en plus à la mode depuis les années 1990, les crises économiques jouant un rôle énorme.

Néanmoins, un nombre croissant d'établissements d'enseignement technique supérieur privés comme l'American Institute of Cameroon AIC, l'université de Nacho, l'école polytechnique de Fonab et bien d'autres commencent à remodeler le style d'enseignement à dominante générale qui a été pendant plus de trois décennies le territoire de la plupart des étudiants anglophones au Cameroun.

Les universités camerounaises comprennent :

- Institut Américain du Cameroun, Ndop

- Université des sciences et de la technologie de Bamenda

- Université internationale, Bamenda

- Université de Buea

- Université de Bamenda

- Université de Douala

- Université de Dschang

- Université de Ngaoundere

- Université des Montagnes (Highlands University)

- Université de Maroua

- Université de Bamenda

- Institut universitaire du diocèse de Buea (deux campus)

- Université de Yaoundé (deux campus)

- Université catholique d'Afrique centrale (Yaoundé)

- Institut des relations internationales du Cameroun - IRIC (yaoundé)

- Grand Séminaire Régional Saint Thomas d'Aquin (Bambui)

- Écoles d'enseignement supérieur Siantou et Ndi Samba (Yaoundé)

- Université catholique du Cameroun, Bamenda (Bamenda)

V.    Financement

 

Selon l'UNESCO, les dépenses publiques d'éducation du Cameroun en 2011 se sont élevées à 3.7 pour cent du PIB.

VI.    Questions relatives à l'éducation

 

 - Enseignants

L'absentéisme des enseignants est une raison généralement considérée comme contribuant au faible niveau d'éducation dans le pays. Les enseignants des sous-systèmes français et anglais, pour des raisons culturelles et historiques, opèrent toujours de manière séparée dans le système éducatif, ce qui les empêche " de développer un répertoire pédagogique commun sur les questions professionnelles et de s'engager dans des débats productifs autour de nouveaux discours et répertoires tels que les TIC au service de l'enseignement ", même si, comme individus, ils " semblent ouverts aux défis du Cameroun moderne et à la communication multilingue des grands centres urbains ".

- Révision du manuel

En 1995, le Forum national sur l'éducation recommandait fortement " l'insertion des connaissances et des pratiques locales dans les programmes scolaires pour rendre le système éducatif plus pertinent pour les apprenants ". Ainsi, l'Institut de Pédagogie Appliquée Rurale (IRAP) a mis en place des programmes adaptés et une formation intégrée combinant connaissances générales et pratiques de travail (agriculture, élevage, volaille, maçonnerie, menuiserie, etc).

Cependant, le système n'était pas parfaitement équilibré : les matières traditionnelles (mathématiques, sciences, français) étaient suffisamment développées, alors que les nouvelles matières n'étaient pas étudiées pour s'adapter aux différentes situations ou aux autres besoins (dans les zones rurales, les enfants sont obligés d'abandonner l'école parce qu'ils sont nécessaires pour subvenir aux besoins de leur famille). Cela dit, le projet n'a pas été un échec total : certaines initiatives étaient en fait intéressantes et ont prouvé que l'approche était quelque peu correcte, mais qu'elle devait être étudiée plus précisément - éventuellement en intégrant les expériences des enseignants et des élèves, en dehors des écoles.

- Langues

Malgré la fusion de deux sous-systèmes profondément divisés depuis plus de 40 ans, les différences d'approche entre les enseignants constituent un problème majeur, qui affecte les possibilités de réforme du système d'une manière plus compétitive et efficace. Un autre problème est l'absence totale d'un programme d'intégration des langues locales dans le système éducatif. Les principales raisons sont le manque d'appui du gouvernement à la proposition et l'impraticabilité factuelle de certaines des propositions. Puisqu'il y a plus de 270 langues locales au Cameroun, choisir au hasard une langue à enseigner dans tout le pays " créerait un sentiment politique de supériorité qui pourrait mettre en danger l'unité nationale ".

Il existe certains programmes (publics et privés) pour enseigner ces langues locales à l'école et dans d'autres établissements, mais ils ont des sentiments mitigés.  Bien qu'ils soient parlés le plus souvent dans la vie ordinaire des Camerounais, il existe toujours un "stigmate social" envers ceux qui ne parlent rien d'autre que leur propre langue. Au contraire, la maîtrise de l'anglais ou du français est une chose dont on peut être fier (en particulier, les enseignants sont susceptibles de "se vanter"), mais les élèves ne sont toujours pas encouragés à les utiliser à la maison, en raison du faible niveau d'alphabétisation de leur famille.

- Éducation des élèves ayant des besoins particuliers

En 2010, le Comité des droits de l'enfant de l'ONU a déclaré " qu'il est profondément préoccupé par la persistance d'une discrimination de fait entre les enfants dans l'exercice de leurs droits. Il est particulièrement préoccupé par le fait que les filles, les enfants autochtones, les enfants handicapés, les enfants réfugiés, les enfants des zones rurales pauvres et les enfants des rues sont particulièrement défavorisés en ce qui concerne l'éducation, l'accès aux services de santé et aux services sociaux.

VII.    Programme éducatif dans les zones rurales

 

Partenaire local : Coalition pour l'éducation et la santé - CEST International

Année : 2010

- Contexte général

Au Cameroun, 46 pour cent des enfants abandonnent l'école après l'école primaire et seulement un maigre un pour cent continue jusqu'à l'université. Le pays a un niveau de pauvreté très élevé qui, comme dans la plupart des pays d'Afrique, est concentré dans les zones rurales. Ici, l'analphabétisme touche près de 90 % de la population. Les Hauts-Plateaux est une région composée majoritairement d'agriculteurs qui ont peu de terres et peu de compétences techniques.  Logone et Chari sont parmi les régions les plus pauvres du pays.  Les deux zones se caractérisent par un système éducatif inadéquat, notamment par une grave pénurie d'enseignants qualifiés, d'équipements et de fournitures. L'enseignement primaire se termine avec de nombreux élèves encore incapables de lire, d'écrire et d'effectuer les calculs mathématiques les plus élémentaires de manière satisfaisante.

 

- Mise en œuvre

Comme premier pas vers l'amélioration de la qualité de l'éducation de près de 1 000 enfants dans les zones sélectionnées, 275 enseignants de dix écoles différentes ont reçu la formation professionnelle nécessaire pour opérer des changements. Des manuels pédagogiques ont été élaborés à partir des ateliers de formation et distribués à 1 000 éducateurs supplémentaires.  Un plan de distribution de livres scolaires a été mis en place, ce qui a permis de distribuer 1 185 livres dans les écoles pour le bénéfice de plus de 600 enfants et des générations futures d'élèves. Des bourses d'études d'une année académique complète ont été attribuées à 100 étudiants dans le besoin.

- Résultats : Amélioration de la qualité de l'éducation

"Le projet s'est déroulé à un moment important pour le système éducatif du pays ", explique le Dr Gilbert Mbouboubou, directeur de Moyopo, un institut universitaire bilingue de Bafoussam (Ouest Cameroun) et auteur de la méthode pédagogique utilisée pour la formation des enseignants et du manuel.  "Récemment, le Ministère de l'éducation a commencé à réformer le système d'enseignement pour en améliorer la qualité et prendre des mesures contre le taux élevé d'abandon scolaire. Grâce au programme financé par Harambee, nous avons pu atteindre 275 enseignants, leur fournir une formation qualifiée et leur faire comprendre l'importance de leur rôle dans la construction d'un avenir meilleur pour les jeunes générations ".  Pour les enseignants, ce qui les a vraiment incités à s'engager, c'est le fait que le système pédagogique qui leur a été enseigné dans le cadre de l'atelier du programme a été développé par l'un des leurs, un professeur africain réputé qui a su comprendre leurs besoins urgents.  "En conséquence, poursuit Mbouboubou, nous avons des enseignants plus conscients et plus énergiques qui aiment leur travail et sont désireux de faire une différence. Cela, à son tour, a un effet positif sur l'enthousiasme et le rendement des élèves.

- Résultats : Des enseignants motivés qui partagent leur expertise avec leurs collègues

Les bénéficiaires des programmes ont acquis les outils fondamentaux nécessaires pour poursuivre le voyage de manière autonome. L'une des principales forces des Africains réside dans leur sens de la communauté, qui leur permet de partager ce qu'ils apprennent avec les autres. L'impact pratique de ce trait culturel est visible dans l'effet d'entraînement produit par la formation des enseignants du programme. Les participants à l'atelier transmettent maintenant les connaissances acquises à leurs collègues qui n'ont pas pu assister à l'atelier, chaque participant partageant son matériel et ses idées avec au moins trois autres enseignants. La portée du programme de formation initiale est alors amplifiée au profit d'une communauté beaucoup plus large d'éducateurs et d'enfants.

- Résultats : Manuels scolaires disponibles pour tous les enfants

Plus de 600 enfants ont maintenant accès à des manuels scolaires, ce qui leur manquait auparavant et entravait considérablement leurs progrès scolaires. Les livres feront partie des bibliothèques des écoles afin que les futures générations d'élèves puissent profiter du matériel fourni par Harambee.