You are here: HomeEntertainment2019 05 04Article 462409

Entertainment of Saturday, 4 May 2019

Source: cameroon-info.net

4 Chanteurs se mettent ensemble pour lancer un vibrant appel à l’unité

Final D, Armand Biyag, Roger Samnig et Andy Jemea se sont mis ensemble autour du Projet artistique ADNA. Après Douala, les déclinaisons de cette initiative artistique ont été présentées hier à l’hôtel Hilton de Yaoundé.

Le concept n’est peut-etre pas original, le message non plus. Certains esprits peu avertis pourraient même l’associer à de nombreux autres collectifs qui on été crées il y’a peu pour chanter en ces temps de crise, l’hymne de la paix et de l’unité. Mais cette analyse bien qu’elle décèle une certaine part de vérité, ne s’intéresse qu’à la déclinaison extérieure du projet ADNA. Car à en croire Martin Camus Mimb, Journaliste et encadreur du projet ADNA, «au-delà de l’aspect musical ADNA c’est d’abord une reconnexion avec notre tribalité».Ce dernier poursuit en arguant que «Voici donc arrivée, la chute du Mur de dédain au cœur des peuples du Cameroun, d’Afrique du monde, Au cœur du peuple Bassa qui n’a servi ici que de laboratoire d’expérimentation, comme un médicament révolutionnaire capable de mettre fin à cette pandémie qu’est la haine. Qu’importe le laboratoire qui le découvre, le plus important est la thérapie qu’il offre».

Les apôtres de la paix, de l’unité et de la reconquête de l’identité culturelle camerounaise se nomment Final D, ex-membre du Boys-band Bantou po-si, Armand Biyag, Roger Samnig membre du groupe X-Malea, et Andy Jemea. Leur prédication, ils la déroulent sur 7 pistes audio. Tout d’abord l’appel à l’Unité, à la paix et à la fraternité lancé à travers la Chanson éponyme «Adna», Viennent ensuite «Wo nyû» qui est un requiem, une complainte, l’expression de la honte ressentie devant tant de divisions, «Carnaval» inspiré de Julio Iglesias. Viennent ensuite « Mayega » une Aude de remerciements au Seigneur, «Mama» qui rend hommage à toutes les mamans du monde, «Nsébla» l’appel à la réconciliation des peuples, et «Pondi Nyeg» qui est une immersion dans le «Makunè» l’une des danses traditionnelles du peuple Bassa’a.

ADNA est un terme Bassa qui signifie littéralement «Unité». C’est le mot d’ordre à travers lequel la communauté Bassa-Bati-Mpoo par le biais de ces 4 chantres a décidé de lancer un vibrant appel pour l’unité, la paix, et la fraternité. A en croire les architectes de ce projet artistique, le message de l’unité se déclinera sous plusieurs tomes.