You are here: HomeEntertainment2019 04 10Article 460606

Entertainment of Wednesday, 10 April 2019

Source: Camerounweb.com

Culture: voyage au cœur du festival Ka'a Ndeh Munka

Les lampions se sont éteints le 6 avril dernier sur le festival des arts et de la culture Bameka (Ka'a Ndeh Munka).

Cette édition qui se voulait avant tout novatrice a vu la participation des autorités administratives dont le gouverneur de l'Ouest et d'un parterre impressionnant de têtes couronnées notamment celui venu du Bénin.

Pendant toute une semaine ce peuple a montré aux yeux du monde entier que la tradition devrait servir de socle au développement.

Parcourir les 12 kilomètres qui séparent Bafoussam, le chef –lieu de la région de l’Ouest-Cameroun de Bameka relève de la gageure. Le calvaire commence au carrefour dit Socada, du nom d’un constructeur automobile qui a mis la clé sous le paillasson il y a belle lurette. Le voyageur peut soit emprunter une moto, ce cheval d’acier à la fonctionnalité douteuse qui déambule à travers les « nids d’éléphants » qui jonchent la route sur environ deux kilomètres et dont le pilote ignore très souvent les règles élémentaires du code de la route.

Il peut aussi s’installer à bord de ces vieilles épaves appelées « taxi- clando ». Les chargeurs dont la plupart sont recrutés parmi les inadaptés sociaux vous mettent au pas dès que vous franchissez la gare routière ou ce qui en tient lieu. Assez souvent, pendant que l’un tire votre sac de voyage par devers vous, d’autres s’occupent de votre porte-monnaie. Si vous étiez jusque-là imbu de votre personne, revenez vite sur terre. Vous êtes à la gare routière de « Neghombè » où des effluves de grillades exposées au vent et à la poussière de saison sèche vous agressent l’odorat.

Une destination touristique de rêve…
Mais ce cliché de départ peu reluisant, n’entame en rien la fascination du voyage qui vous conduit à Bameka, le berceau de Feuh Kah, l’aïeul fondateur de ce groupement de 31 kilomètres carrés et dont la population est estimée à plus de 30 000 âmes vivant à l’intérieur et dans la diaspora. Une destination touristique de prédilection. Après avoir déambulé dans les creux en contrebas de l’usine des Brasseries du Cameroun, ce qui reste du goudron fini à une centaine de mètres après le pont de « Chouo Melo », cours d’eau dans lequel se jettent les eaux déversées par la société Brassicole sus évoquée, au grand dam des populations riveraines qui s’y abreuvent au quotidien. Une fois à Baméka, le touriste n’a que de l’embarras face aux multiples choix que lui offre la nature. On peut ainsi recenser entre autres le site de l’ancien palais du Feuh, ChouoNket, Chouo TockSsi, NkeuNta’tet, Nkouong Ndah, Nkouong Meji, Nkouong Tchouokèh, Jah Peuh Ngweu, Jah Nteuh, Messap, ChouoNtap, Kouh’Ngang, NevéMetchuè, NevéTchouokiè, Mboumtche Chiè, Nda Ssi Nkeleng, Nda Ssi Melong…