You are here: HomeEntertainment2019 11 26Article 476837

Entertainment of Tuesday, 26 November 2019

Source: Camerounweb.com

'Nyangono du Sud envie le succès de la nouvelle chanson de Grand Barack '

Les clashs se poursuivent entre Nyangono du Sud et Grand Barack, deux coqueluches créées sur les réseaux sociaux. Le premier n'arrive pas à supporter la 'starmania' qui entoure le 'gars de l'ENEO' qui s'est aussi fait un nom sur la toile grâce à son emblématique phrase: « Je ne savais pas que c’est comme ça qu’il allait faire ».

De soudeur, Grand Barack est passé au statut d’Artiste. Sa chanson, 'Goûter ça!' diffusée sur sa chaîne YouTube le 3 novembre dernier est à près de 500 000 vues déjà.

Une concurrence que Nyangono du Sud gère mal. Le journaliste et activiste Mounde Njimbam, ironise leur ascension et les 'clash' auxquels ils se livrent entre eux mais il reconnaît qu'il faut un peu de tout faire un monde.

Voici l'intégralité de son post
On ne savait pas qu’il allait commencer à parler comme ça...
Le comble- Ndem- au Cameroun, c’est quand Nyangono critique et jalouse Barak. Soit la casserole qui dégringole du placard et qui se plaint du bruit du tonneau...Le challenge des « Pangalan » ! Wayaï !!!

On attend, autour d’un fôfô acide, l’arbitrage de la Première Dame, juge de paix, aux prochains Canal d’Or ou Miss Cameroun, et caution nationale, par ses pas de danse sur les rythmes d’outre-tombe de ces vedettes-hyper sympa- de l’ère des réseaux sociaux. En espérant qu’Eneo sera au rendez-vous. Pour paraphraser Obama, l’homonyme du grand Barak : Yes we came...! Après tout, au milieu de tant de détresse, 3 minutes de jeu, ça calme le peuple. Foup Fah...
Vive nos nouvelles stars-feuilles de bananiers : celles qu’on jette après usage. Au prochain sur Trace, la chaîne qui transforme le cuivre de Kolwezi en or de Betare-Oya ! Au prochain et la promesse de featuring, pourquoi pas avec Charlotte D. ou Yemi A. Y’a quoi, le zoua zoua a désormais toutes ses chances de devenir Kérosène...

Voilà ça, Nyangono, promis, j’écouterai ton son ce matin pour continuer à t’assurer au moins une vue. Parce qu’au fond, avec la crise de reconnaissance, le mélange des genres et l’inversion des valeurs de notre société, chacun se cherche comme il peut. En musique comme pour les crânes rasés, il faut de tout, au milieu de Manu Dibango pour faire un monde.
Promis, Nyangono, je regarderai ton clip, ce matin. Peut-être Universal en tiendra compte...

Ton frère A. Mounde Njimbam