You are here: HomeWallOpinionsArticles2015 11 06Article 342963

Opinions of Friday, 6 November 2015

Columnist: Boris Bertolt

Affaire Albatros : comment les fonds ont été détournés

Ainsi en fin 2003 Essimi Menye atterrit au FMI et prend le dossier. Cependant, bien avant son arrivée, le clan ethnocentrique qui a fait tomber Eugène Nyambal s’est rapproché de Michel Meva’a M’Eboutou, nommé ministre des Finances en 2001.

C’est lui qui a unilatéralement décidé de virer 29 millions de dollars à GIA International sans garantie. Contrairement à ce que Marafa exigeait. Lorsque Mebara s’installe en août 2002 au secrétariat général de la présidence de la République, très vite des liens particuliers se tissent avec le MINFI.

D’ailleurs le nouveau SGPR décide de traiter directement avec GIA sachant que comme les 29 millions de dollars avaient été géré par Marafa et Fotso, la perte de cet argent leur sera directement imputée. Le 12 octobre 2002 Atangana Mebara convoque le ministre des Finances et du budget, Michel Meva’a m’Eboutou ; L’Administrateur directeur général de la SNH, Moudiki Adolphe et l’Administrateur directeur général de la CAMAIR, Yves Michel Fotso. Le jour-J, Yves Michel Fotso arrive à la présidence de la République à 11heures. Il est orienté vers la salle d’attente.

A 11heures quinze minutes, Michel Meva’a m’Eboutou débarque et lui entre directement dans le bureau du secrétaire général de la présidence de la République. Dix minutes plus tard, Adolphe Moudiki se pointe. Lui aussi entre et laisse l’administrateur directeur général de la CAMAIR dans la salle d’attente. Vingt minutes après Yves Michel Fotso est appelé à rejoindre le groupe. Atangana Mebara l’accueille en ces termes :

« Asseyez-vous, nous sommes en réunion à la demande du président de la République au sujet de l’acquisition de son avion». Puis ajoute : « On a décidé de traiter directement avec Boeing et de payer cash ». Il instruit le ministre des Finances et du budget de procéder à la signature sans autre intermédiaire avec Boeing du contrat d’acquisition d’un BBJII et lui demande de prendre attache avec GIA International pour remettre le transfert des 24 milliards de Fcfa.

Yves Michel Fotso sollicite la parole et déclare :

«Monsieur le ministre d’Etat, permettez-moi respectueusement de vous rappeler que je rentre de Genève où j’ai été reçu jeudi dernier pendant près de 2h30 par le président de la République, et il m’a dit qu’il n’était pas d’accord avec votre solution de payer comptant ». Atangana Mebara réagit : « Ah bon, vous prétendez mieux connaître les souhaits du chef de l’Etat que moi ? Je l’ai encore eu au téléphone pas plus tard que ce matin et il n’a aucunement fait allusion à ce que vous prétendez. Très bien, nous vérifierons cela et nous vous aviserons ».

Après cet échange peu courtois, Atangana Mebara congédie Yves Michel Fotso. La réunion se poursuivra sans lui. Mais, en dépit des multiples relances de Boeing, Meva’a M’Eboutou ne paiera jamais le BBJ2 de Paul Biya. Pourtant ils avaient convenu de traiter directement avec Boeing. C’est donc comme cela qu’ils vont décider à nouveau d’utiliser l’argent de la SNH pour acheter l’ALBATROS à Paul Biya.

En 2004, alors que Essimi Menye pilote depuis fin 2003 le dossier Cameroun après le retrait de Nyambal, le Cameroun est suspendu des programmes du FMI par le Directeur General l’Allemand Horst Kohler en raison du détournement des fonds pétroliers transférés dans le budget conformément au programme avec le FMI. Le Cameroun n'arrivait pas à justifier un trou de plus de 66 milliards. Ce sont ces fonds qui ont été en partie détournés dans l'affaire de l'Albatros. Ce qui entrainera l’échec du point d’achèvement.