You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 11 05Article 425325

Opinions of Sunday, 5 November 2017

Columnist: via page facebook Cabral Libii

Affaire Ayissi-Bonita: voici la position de Cabral Libii

« Depuis quelques jours, une série d'allégations graves enflamment les réseaux sociaux, mettant en scène un homme public face à une jeune dame réputée mineure de 17 ans. Si les réseaux sociaux ne sont pas par essence un lieu de jugement à priori, ils sont néanmoins *devenus*un espace de dénonciation, de règlement des conflits de toutes sortes et de lynchage. Et ceci, devant une justice le plus souvent inerte ou muselée. Laissant parfois l'impression d'être devenue un faire-valoir dans la mesure où l'on se demande pourquoi certaines affaires sont instruites et pas d'autres, pourquoi certaines affaires sont objet à diligence et pas d'autres... Combien de dénonciations publiques dans notre pays n'ont jamais ému la justice? Un grand pays se distingue pourtant par la capacité de sa justice à résoudre les conflits entre concitoyens, à protéger le faible des "griffes" du fort, à préserver l'honorabilité des honnêtes personnes de la furie haineuse ou jalouse, mais aussi à protéger la réussite acquise au prix de nombreux efforts.

En effet, dans le cas échéant, le procureur aurait eu intérêt à s'autosaisir, soit pour protéger l'exposition de la vie d'une personne réputée mineure sur les réseaux sociaux ( ces réseaux sociaux dont l'encadrement pénal nous a été rappelée en d'autres circonstances par le minpostel), soit pour protéger la société contre la pollution d'allégations déliquescentes et abjectes.

Maintenant qu'un collectif d'avocats a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux, nous osons espérer que justice sera faite et que les responsabilités des uns et des autres seront clairement dégagées et que le déferlement d'abjections et de haine s'arrêtera. La construction de notre vivre ensemble dans l'harmonie et la concorde en dépend. Gardons à l'esprit toutefois, comme de VRAIS CITOYENS que la vindicte populaire, physique ou virtuelle n'est pas le procédé de règlement de conflits de nations civilisés et ne trouve pas d'encrage dans nos coutumes et traditions. La solution passera peut-être par une réforme de la justice instituant l'élection des procureurs dans des circonscriptions judiciaires où ils exercent...SOYONS CITOYENS! » Cabral Libii