You are here: HomeWallOpinionsArticles2015 11 04Article 342820

Opinions of Wednesday, 4 November 2015

Columnist: Boris Bertolt

Affaire albatros : voilà là où débute la mafia

Il est important de dire qu’en 2002, au Cameroun ceux qui contrôlent l’appareil de l’Etat on déjà en ligne de mire 2011.

Sachant qu’après 2004, Paul Biya ne se représenterait plus en 2011. C’est fondamental de le savoir lorsqu’on veut comprendre les luttes d’influence au sommet de l’Etat pendant cette période. Ainsi, Atangana Mebara devient SGPR en août 2002. Mendouga et lui se connaissent déjà contrairement à ce que l’ex ambassadeur a affirmé aux enquêteurs dans le cadre de l’affaire ALBATROS. Atangana Mebara remplace Marafa Hamidou Yaya. Il existe une rivalité latente entre les deux hommes pour la course à la succession de Paul Biya.

Atangana Mebara estime avoir le profil tout comme Marafa. Chacun des deux tissent leurs réseaux. Atangana Mebara sait que Marafa est proche de Yves Michel Fotso avec qui il ne s’entend plus. Or quand Mebara arrive le BBJ2 est en pleine acquisition. Il décide de ne plus traiter avec GIA, mais directement avec Boeing. L’enjeu souterrain sera de dire plus tard que Marafa a effectivement dilapidé les 24 milliards destinés à l’avion du président. Or lui n'étant pas là quand l'argent a été débloqué en août 2001 il ne peut pas être accusé de détournement. Ce qui écarte Marafa directement de la course à la succession.

Dans cette manœuvre, Jérôme Mendouga est mis à contribution. Pour preuve, 4 septembre 2003 Boeing informe Jérôme Mendouga que Fotso a pris rendez-vous pour venir payer cash les 21 millions de dollars pour le BBJ2 et le livrer au chef de l’Etat. Mendouga informe dare dare Mebara. Ce dernier dit à Mendouga de dire à Boeing que Fotso ne paie rien et qu’il n’est plus mandaté par le Cameroun. C’est comme cela donc que le chef de l’Etat va monter dans l’albatros livré par Mendouga et Mebara.

La suite vous la connaissez. Mais pendant cette période Mendouga introduit Essimi chez Mebara et Ondo Menye. Essimi qui n’est donc qu’un statisticien temporaire à la banque mondiale intègre le clan constitué de Mendouga, Mebara, Lucie Mbotto, Ondo Menye et d’autres personnalités. C’est un réseau qui se met en place. Ils font éliminer au sein du FMI tous les camerounais qui n’appartenaient pas à leurs bords et qui avaient travaillé avec Abah Abah sur le dossier ayant conduit le Cameroun au point d’achèvement.

Car dans les couloirs de Yaoundé, certains informent déjà le chef de l’Etat que Abah Abah qu’on dit proche de Fotso et par accointance Marafa, prépare le renversement de Biya. Il faut démanteler le système Abah. Donc l’homme que le réseau choisit de vendre à Paul Biya c’est Essimi Menye. On fait croire au président qu’il est l’artisan du point d’achèvement alors qu’il n’a été que simple conseiller pendant un an et demi. Voilà donc comment par des manœuvres Essimi Menye devient d’abord ministre délégué, puis ministre des Finances. Il fallait mettre la main sur la fortune du Cameroun.