You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 12 21Article 481135

Opinions of Saturday, 21 December 2019

Columnist: Tgv de l'info

Autochtonie: Paul Biya encore visé


Click to read all about coronavirus →

Le regime-rdpc n'a jamais eu l'intention de protéger les autochtones au Cameroun.

Puisque de toute évidence, rien ne menace d'ailleurs cette Catégorie sociale au Cameroun si ce n'est la pauvreté et le chômage liés à la mal gouvernance imputée à ce régime qui esquive son propre bilan comme la peste.

Quand on veut protéger un groupe social, le minimum c'est de dire contre quoi ou contre qui on le protège. Or ici, l'explication que les affidés du régime donnent sont d'une légèreté à vous faire pousser les urticaires. On parle de la protection de l'identité culturelle des autochtones. Et comment ?
En réservant l'exclusivité des mairies des villes aux autochtones. Soit.

Seulement il s'agit des mairies de 14 villes du Cameroun . 14 villes seulement, alors que le Cameroun en compte des centaines.

Questions simples :

Pourquoi vouloir protéger l'identité culturelle des autochtones dans 14 villes seulement et non dans toutes les villes ? Puisque les autochtones existent dans toutes les villes du Cameroun.

Les autochtones des centaines d'autres villes du Cameroun n'ont-ils pas d'identité culturelle a protéger ?

C'est ici qu'il faut comprendre que l'objectif de l'article 246-1 n'est pas de protéger une quelconque identité culturelle. Il s'agit pour Yaoundé de diviser , de tribaliser la société pour protéger son pouvoir et non pour protéger les autochtones. Le mot autochtones mis en avant n'est qu'un appât pour feindre la vertu après avoir semé le vice, les germes de la division.

En renvoyant chaque Camerounais à son ethnie, Yaoundé qui est conscient de son bilan chaotique et de son impopularité entend emprisonner la conscience nationale et l'unité des Camerounais qui peut être fatale à son pouvoir désormais fortement contesté...

Je n'ai rien contre la protection des autochtones s'ils sont réellement menacés. Mais mes parents et mes grands parents ont toujours vécu en parfaite harmonie avec les allogènes depuis plus de 90 ans à Douala. Les uns allant manger chez les autres et vis versa.
Je suis surprise qu'un beau matin des gens se lèvent pour parler de la protection des autochtones sur la base de rien du tout. Sinon des menaces imaginaires.
Si on aime tant les autochtones, pourquoi ne pas les protéger contre les vrais menaces que sont le chômage, la pauvreté, le manque d'eau potable, de routes ou d'hôpitaux dignes de ce nom ?

Protéger l'identité culturelle des autochtones ce n'est pas reproduire une sorte de politique de l'apartheid au Cameroun. C'est absolument destructeur . A la place, on aurait dû par exemple envisager la construction des musées , des centres culturels , des bibliothèques, des cinémathèques en plus d'une dotation pour soutenir leurs différentes activités culturelles comme par exemple l'écriture des langues nationales. Voilà le minimum si on à l'intention de protéger l'identité culturelle des autochtones.
Cela n'a rien à voir avec la fumisterie d'un maire autochtones dans la ville.

Je veux bien que le maire de la ville soit autochtone. Mais qu'on ne mente pas aux Camerounais que si le maire de la ville est allogène, notre identité culturelle sera menacée. C'est grotesque.

Ahidjo n'a pas eu besoin de manipuler des concepts tribalistes autochtones/allogènes pour bâtir solidement la nation Camerounaise. Une nation qui est entrain de se désintégrer dangereusement sous le renouveau.
Et j'apprends d'ailleurs de mes aînés que le Cameroun de Ahidjo était plus uni que celui de Biya où on remue les ethnies matin et soir, et où on à vu des Camerounais chassés impunément d'autres Camerounais au Sud du pays en raison de leurs origines ethniques. Cette impunité apporte la preuve que le Cameroun est dirigé par des gens foncièrement tribalistes qui se moquent du sentiment national, et cela se voit dans leur propension maladive à renvoyer chaque Camerounais à son ethnie.

C'est pourquoi je soutiens que l'article 246 du projet de code de la décentralisation n'est qu'un alibi au funeste projet de division des Camerounais.

Que c'est triste de voir jusqu'où le Cameroun est tombé bas avec des gens en qui le peuple a cru à un moment de son histoire.

Ce Cameroun ci n'est pas celui dont rêvaient nos nationalistes tombés au champ d'honneur pour sa grandeur. Pour eux, le tribalisme faisait partie du problème et non de la solution.

Ce n'est pas le Cameroun de nos rêves, ce que nous voyons aujourd'hui.

Ne soyons pas les premiers fossoyeurs de notre propre esperance. Sauvons le Cameroun.

Arlette Framboise Doumbé Ding

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.