You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 12 04Article 477622

Opinions of Wednesday, 4 December 2019

Columnist: BORIS BERTOLT

Ballon d'Or: Sadio Mané et Kamto victimes de la haines de leurs frères


Click to read all about coronavirus →

Il y a deux jours, comme beaucoup d’Africains et particulièrement de Camerounais, j’ai observé un déferlement d’indignation de la part de mes compatriotes à la suite du fait que l’attaquant sénégalais de Liverpool Sadio Mane n’a pas pu obtenir le ballon d’or. Personnellement moi-même j’ai été très gêné.

Mais ce qui m’a le plus frappé ce sont les accusations de racisme. Très vite avec les propos d’Habib Beye, qui ont enflammé la discussion ils étaient des millions d’africains à accuser les organisateurs de racisme. Pourtant, la réalité est plus complexe.

Lorsque vous analysez les statistiques de vote par pays vous constatez que sur 44 pays africains, il n’y a que 12 qui ont voté en tête Sadio Mane. Les 32 autres pays ont préféré Lionel Messi. Statistiquement Sadio Mane n’a pas reçu le ballon d’or ou au minimum n’a pas pu être deuxième parce que les africains eux-mêmes n’ont pas voté pour lui.

Comment demander aux autres de vous aimer alors que vous ne vous aimez pas? Pourquoi pensez que certains aideront votre frère alors que vous même vous n’arrivez pas à l’aider. Personne ne fera à la place des africains ce qu’ils doivent faire.

Les africains doivent sortir de cette haine du frère qu’ils entretiennent depuis l’esclavage et la colonisation. Ils doivent arrêter de détruire l’autre parce que ce n’est pas son pays, sa tribu ou soi-même qui est à l’honneur. Ils doivent apprendre à privilégier l’intérêt collectif et de donner à ceux qui méritent la place qu’ils méritent et non éternellement haïr son frère pour par la suite jouer aux victimes.

Ce qui est arrivé à Sadio Mane est la même chose qui arrive à Maurice Kamto au Cameroun. Tout le monde y compris les membres du gouvernement de monsieur Biya est d’accord que le pays est en lambeaux. Nous sommes au bord d’une sécession. Les caisses de l’Etat sont vides. Les enseignants sont mal payés. Les médecins vont en exil, les avocats sont fâchés. Il y a 3000 morts dans la zone anglophone.

Malgré cela vous retrouvez des camerounais qui refusent le départ de Paul Biya dont la gouvernance impacte négativement sur leur propre vie par jalousie, par méchanceté et par la haine. Ils sont conscients que Mautice Kamto qui a déjà démontré son amour pour le Cameroun a les capacités politiques, intellectuelles et sociales pour redresser le Cameroun, mais ils refusent par la haine. Et demain ils diront que les blancs sont racistes et méchants. Ils crieront contre le FCFA, l’impérialisme oubliant qu’ils maintiennent au pouvoir un dictateur. Ils sont incapables eux-mêmes de se mirer dans la glace.

Je ne saurais finir sans souligner que ce serait faire preuve d’absence de rigueur analytique de ma part que de ne pas souligner que cette haine est également présente chez certains partisans de Maurice Kamto. C’est dommage mais c’est réel. Cependant ils sont minoritaires. Je prends un cas récent et que j’observe de prêt.

Vous avez vu des gens qui ne connaissent ni les organisateurs du projet du bus pour Maurice Kamto, ni les enjeux, qui disent tout et n’importe quoi. Des gens que je n’ai jamais rencontré ni d’Adam , ni d’Eve. Des personnages fantasques qui seront incapables devant moi de répéter ce qu’ils écrivent sur Facebook. Des gens à qui si je demande qu’est-ce que la résistance ils ne pourront pas aligner plus de trois phrases saboter ce projet.

Un projet de bus qui pourtant aidera à la fois la résistance et son leader mais démontrera la puissance de l’organisation. Un projet qui prouvera toute l’amour des camerounais pour son leader Maurice Kamto. Parce que ce ne sont pas eux à l’initiative, ou par haine gratuite ou jalousie, ils décident de détruire le projet. C’est ce qu’on appelle de l’auto flagellation. C’est l’un des traits caractéristiques de l’africain l.

Heureusement qu’il existe également des camerounais qui ont compris l’importance de travailler ensemble et de s’aimer et qui sont déterminés à financer l’achat du bus de Maurice Kamto.

Oui l’amour. Car l’une des valeurs que Maurice Kamto tente de recréer dans cette résistance c’est l’amour. Beaucoup ne le savent pas malheureusement. C’est pourquoi dans son discours du 31 décembre 2018 Maurice Kamto soulignait que la résistance est le foyer dans lequel les camerounais vont acquérir leur citoyenneté et réapprendre à s’aimer.

Pour réussi dans la vie tout comme pour faire de la politique, il faut aimer son prochain. Avoir le sens du sacrifice pour autrui.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter