You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 02 25Article 457138

Opinions of Monday, 25 February 2019

Columnist: CL2P

Affaire Mebe Ngo’o ou le symbole de l'effondrement du régime Biya


Click to read all about coronavirus →

Alors que Edgard Alain Mebe Ngo’o, un cacique du régime de Biya, fait face à des problèmes judiciaires grandissants, ce qui n’a absolument rien de nouveau pour le CL2P, retenons que c’est la nature crapuleuse du régime de Yaoundé qui est en cause ici et pas simplement la personne de Mebe Ngo’o.

Le CL2P appelle les choses comme elles sont: l’affaire Mebe Ngo’o est un cas de la poule qui rentre à la maison pour se percher. Ainsi, alors que toutes les « créatures » de Biya s’efforçaient de se rendre indispensables auprès de leur créateur et prophète, elles ont toutes découvert, tôt ou tard, qu’elles s’étaient rendues, en effet, utilisables puis jetables comme du Kleenex. Car ces «créatures» sont de simples rouages ??du système mafieux qui rend tout le monde irresponsable, en particulier dans un régime qui ne repose pas sur une obligation de résultat et des règles éthiques solides, mais sur la loi du secret et la tromperie systématique. Et ces activités sont réalisées selon une conception systémique, plutôt que par des actes isolés ou l’égarement de «quelques mauvaises pommes» comme ce plaît à nous présenter la propagande officielle. Cela veut dire qu’enfermer, y compris un cacique honni comme Mebe Ngo’o, n’est pas une victoire pour la responsabilité, la justice, ni la réponse adaptée au problème systémique et endémique de la corruption institutionnalisée au Cameroun.

Au contraire, cela devrait attirer notre attention sur qui peut définir ce qui est illégal dans un tel pays et pour qui?

Ainsi, comme l’indique depuis longtemps le CL2P, il existe un véritable problème moral au cœur du régime dictatorial de Biya. En effet, la prétendue justice à laquelle fait face Mebe Ngo’o revient à dissimuler une guerre de « sécession » ou succession encours au sein même du palais d’Etoudi, « guerre civile de sécession » que nous pensions naïvement être réduite ou circonscrite à nos seuls frères « Anglos »….

Brusquement des tabloïds à la solde des clans du régime en place nous annoncent une guerre de « sécession » ou de succession encours au Palais d’Étoudi…Ils nous font en effet comprendre entre les lignes qu’en dehors des “ambazoniens” voulus sécessionnistes et même parfois derrière eux, des dignitaires Fang-Beti-Bulu-Nanga se livreraient déjà à leur guerre de succession….en instrumentalisant pour ce faire le tribunal d’exception dit Tribunal Criminel Spécial (TCS), qu’ils ont précisément créé pour éliminer ceux qu’ils accusaient de trop lorgner sur le fauteuil de leur « Président-Fondateur » Paul Biya.

Mais où va- t-on ???

Il est vraiment temps que Paul Biya sorte de sa retraite forcée de Mvomeka et remette chacune de ses « créatures » à sa place avant que tout ce gâchis culmine en une crise constitutionnelle fratricide. Ce pays ne peut pas exploser à cause des ambitions déplacées et démesurées de quelques villageois arrivistes parvenus au sommet de l’État par cooptation, clientélisme, et népotisme.

NON et NON et NON! Le Cameroun n’est pas votre possession et nous refusons d’être réduit à faire des courbettes au «créateur» et à ses «créatures».

Par conséquent, arrêter des personnes et les mettre en prison souvent sans jugement ne dit rien sur ce que nous pouvons réellement attendre de l’État. Il est plus facile pour l’État de nous dire à quoi il s’oppose, mais pas tant sur ses objectifs réels pour le peuple. Pour répondre à cette question, nous devons d’abord reconquérir notre capacité à élire des dirigeants légitimes qui placent l’intérêt national au-dessus de leurs désirs et ambitions personnels.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter