You are here: HomeWallOpinionsArticles2018 01 21Article 431121

Opinions of Sunday, 21 January 2018

Columnist: Ebugnti.wordpress.com

Plus personne ne nous prend au sérieux - Nouveau chef de l'Ambazonie

Il indique être fatigué des marches de contestation et longues lettres « que personne ne lit ».

L’arrestation des leaders du groupe a visiblement porté un sérieux coup à une organisation qui était déjà plus médiatique que réelle. Il semble que rien n’aille plus dans les instances (ou ce qui est supposé l’être) de la nébuleuse et leur filière de sympathisants.

Il y a quelques jours, le chef militaire présumé de l’organisation terroriste s’opposait aux marches de contestation programmées par la branche politique dans certains pays occidentaux.

« Aujourd’hui je mets officiellement fin à cette histoire appelée marche de protestation où je ne sais pas trop quoi et quel qu’en soit l’objet », a-t-il déclaré sur Facebook. Une intervention d’autorité, alors même que le mouvement est censé s’être doté d’un nouveau leadership.

Le terroriste a estimé que l’initiative était « insensée ». Parlant de lui-même, il a affirmé qu’il « n’irait pas en route protester, soumettre de longue requêtes à des gens qui ne les lisent jamais ».

Une attitude sans révérence ni delicatesse, ni même la moindre sympathie pour les dix incarcérés d’Abuja. Eux dont l’arrestation et la libération étaient pourtant la raison de cette mobilisation.

Pour lui, les médias internationaux font déjà le boulot. Il suffit d’insister sur « des actions de self défense [assassinat des forces de défense, meurtres des patriotes anti-sécessionnistes, incendie des écoles, etc.], et les en informer. Ces médias vont en informer le monde comme ils l’ont fait jusqu’ici », a-t-il indiqué.

Guerre des chefs

Cette sortie a même des allures d’un putsch. Alors que la rumeur d’une liquidation interne monte parmi les sympathisants du mouvement. Ceux qui meurent et ceux qui sont arrêtés ne comptent pas.

Il a quelques jours, une page Facebook proche du terroriste indiquait que la nébuleuse avait plus besoin d’un leader fort que d’un gouvernement.

« Le gouvernement intérimaire doit nommer un leader fort et arrêter de designer des groupes de personnes pour gouverner. C’est insensé », invectivait la page.

Selon nos sources, il y a une crise de leadership au sein du mouvement terroriste. Il y aurait un camp Harmony Bogda. Celui qui aurait été choisi, on ne sait par qui, pour succéder au leader arrêté au Nigéria.

Mais le chef du bras armée veut désormais mener la barque et tout seul. Il se trouve que c’est à lui qu’obéisssent les jeunes endoctrinés.

C’est ce que a rendu muet le nouveau chef présumé de la nébuleuse, depuis son annonce au lendemain de l’arrestation d’Abuja.

Il tenterait de former un nouveau cabinet dont personne ne veut. Si sa déclaration reste attendue, nos sources indiquent qu’il n’a pas parole sur grand chose.

Même si des sources pro-terroristes affirment que le nouveau leader attend que la situation des arrêtés d’Abuja se clarifie avant de prendre définitivement le contrôle de la nébuleuse.

Ceci, pour éviter le bicéphalisme au cas où ils seraient libérés. Mais tout porte à croire que cette hypothèse ne soit pas envisageable puisqu’il est clair qu’il seront jugés, que ce soit au Cameroun ou au Nigéria et les faits qui leur sont reprochés sont d’une telle gravité qu’ils risquent bien ne pas être libre bientôt.

À travers ces querelles, c’est donc le visage d’une organisation qui n’en a vraiment jamais été qui se dévoilent. Plus célèbre sur les réseaux sociaux qu’autre chose et sans véritable coordination.