You are here: HomeWallOpinionsArticles2017 12 05Article 427792

Opinions of Tuesday, 5 December 2017

Columnist: Boris Bertolt

Canal 2: vers le limogeage de Bruno Tagne et Rodrigue Tongué

Jean-Bruno Tagne et Rodrigue Tongué Ndeutch sont dans la ligne de mire du régime de Yaoundé. Le PDG, Emmanuel Chatue a ainsi reçu pour instruction de censurer leurs émissions respectives La Grande Interview et L’Arene. Une pression qui fait suite aux dénonciations de la gouvernance politique au Cameroun faites par les intervenants sur cette chaîne.

Pour contourner cette pression du régime, le PDG a entrepris de faire enregistrer les deux émissions afin de couper tout ce qui serait jugé compromettant pour le pouvoir. Il s’est tourné vers Bouba Ngomena et Carole Yemelong qui semblerait il aurait décliné cette proposition assurant que cela n’obéit pas à la déontologie. N’empêche que les émissions sont actuellement enregistrées et traitées avant diffusion pour ne pas froisser le pouvoir.

Mais, dans l’entourage du PDG, l’on souligne que c’est le licenciement de ces deux journalistes qui avait été réclamé par le pouvoir qui argue qu’ils sont des agents de l’opposition en mission d’infiltration. Emmanuel Chatue s’est opposé à cette requête.

Relevons quand même que depuis le décès de la belle-mère du chef de l’Etat, Canal 2 à perdu beaucoup d’influence auprès du président au profit de VISION4. Certaines sources au sein de Canal 2 perçoivent cette stratégie de musèlement de Jean Bruno Tagne et Rodrigue tongue comme une stratégie d’affaiblissement du groupe d’Emmanuel Chatue. Vision 4 recrutant tout azimuts.

À cet effet, Albert Mbida avant d’être recruté par Amougou Belinga était un proche de Chatue qui lui versait d’ailleurs selon nos sources environ 500000 fcfa par mois. Il avait même était pressenti comme un directeur général par intérim. Des négociations qui ont échouées. Un échec mal vécu par Albert Mbida qui rumine encore le fait de n’avoir pas été nommé DG de la CRTV alors qu’il affirme à qui veut l’entendre qu’il est de la même famille que Martin Belinga Eboutou, le directeur du cabinet civil. Suite à cet épisode, il confia à plusieurs personnes que le DCC lui avait refusé ce poste en précisant qu’il n’est pas “ comme eux”. Ruminant sa colère face à sa mise à l’étroit au ministère de la communication par Issa Tchiroma qui préférait Félix Zogo, Mbida, l’actuel collaborateur de Amougou Belinga chantait à toutes les filles dont il cherchait à obtenir les faveurs que” Zogo est la femme de Tchiroma “, confie l’une de ses victimes. Simplement parce qu’il était au banc de touche.

L’échec des négociations avec Canal 2 aura donc constitué un énième traumatisme pour cet homme, aujourd’hui Le Bras droit de Amougou Belinga.