You are here: HomeWallOpinionsArticles2019 07 12Article 467583

Opinions of Friday, 12 July 2019

Columnist: Kaah Aaron

'Canibalisme' parmi les détenus anglophones à Kondengui

Prison Central Kondengui Ok A la prison centrale de Kondengui

Prison de Yaoundé Kondengui. Histoires autour de la révolution du cercueil
Mancho Bibixy et Ngalim Felix étaient pris en otage au moment où nous écrivions ceci: risque de se faire battre si les réponses aux questions ne sont pas favorables.

Ceci est une histoire en cours de déroulement, un groupe d'étudiants et quelques enseignants en colère qui avaient été arrêtés injustement avec mancho bibixy actuellement dans la prison centrale de kondengui ont donné 48h pour mancho bibixy et ngalim felix de la révolution du cercueil pour qu'ils reformulent leurs propos sur la reprise des classes. Plus précisément, ils ont demandé que les déclarations suivantes soient reformulées.

1. Mancho Bibixy et Ngalim ont déclaré dans leur lettre que le gouvernement avait répondu à certaines demandes des enseignants qui avaient entamé le boycott des classes.
Question posée à Mancho: à quelles demandes le gouvernement de LRC a-t-il répondu comme vous le prétendez?
2. Mancho et Ngalim ont déclaré dans leur document que la "lutte" s'était retournée contre le peuple qu'elle était destinée à protéger
Question posée: qui a retourné la lutte contre le peuple? À qui faut-il reprocher le conflit armé? Qui a tiré la première balle?
Parmi les nombreuses questions posées à Mancho Bibixy, ce sont là les premières.

En outre, les étudiants et certains enseignants ont également exprimé leurs griefs quant aux raisons pour lesquelles mancho bibixy, l'un des prisonniers injustement détenus, ne faisait aucune allusion à cet acte barbare de voir les manifestants civils mis en prison depuis trois ans et certains d'entre eux condamnés à des peines de prison.
Mancho bibixy est aveuglé par de fausses promesses d’atanga nji paul qui était en prison il ya deux semaines. Connu de tous les détenus, ce n’est pas quelque chose de secret.

C'est comme une routine annuelle pour mancho bibixy et ngalim. L'année dernière, au cours de cette même période de reprise des classes, ils ont signé un document déclarant qu'ils sont pour "une nation, un peuple; vivant ensemble", ce que j'ai partagé ici mais beaucoup l'ont pris pour acquis.
Oui, nous voulons tous sortir de prison, je déteste être ici, la souffrance est trop lourde, mendier pour manger est embarrassant, dormir dans la peur est embarrassant, devoir faire la queue pour aller aux toilettes ou aux WC est embarrassant, nous détestons tous cette vie et souhaitons qu'elle aille mieux, mais je ne soutiendrai jamais de quitter la prison par le biais de mentir contre mes frères de chez nous.

Affirmer que la lutte a maintenant changé en plus de la réputation de leader que les gens de la Diaspora lui ont attribuée peuvent répandre une mauvaise impression selon laquelle les ambazoniens regrettent leur position.
Personne n'aime la guerre, personne n'aime perdre un membre de sa famille, personne n'aime souffrir en prison, nous voulons tous une vie meilleure pour nous-mêmes et toutes les autres personnes que nous aimons.
Pour archiver cela, nous ne pouvons pas le faire en mentant, par peur ou en sacrifiant la vérité pour sortir de prison.

Sans justice, la paix ne peut régner, nous ne pouvons mendier pour sortir de prison. La justice doit prévaloir non seulement pour nous, mais pour tous ceux qui souffrent dans les prisons, les brousses et les camps de réfugiés. Nous n'avons pas déclaré la guerre, nous ne l'avons pas demandée. Elle nous est imposée, nous n'avons pas demandé à être emprisonnés. Elle nous est imposée et seule la vérité nous libérera vraiment.