You are here: HomeWallOpinionsArticles2020 03 23Article 500521

Opinions of Monday, 23 March 2020

Columnist: Ludovic Lado

'Ce conard de Coronavirus va faire mal au pauvres'


Click to read all about coronavirus →

Coronavirus, ce conard de virus, va faire beaucoup de mal aux pauvres en Afrique. S’ils n'en meurent pas, ce sont les conséquences du confinement qui vont les tuer. Ils sont des dizaines de millions en Afrique qui vivent au jour le jour et n’ont donc pas de quoi faire des provisions pour des semaines.

Au moins 80% d’Africains, surtout dans les centres urbains, vivent de la débrouillardise, ce que les économistes appellent le secteur informel. Ce sont eux, en majorité des femmes et des jeunes, qui peuplent nos marchés et coins de rue où ils comptent, chaque jour, sur l’accumulation des maigres marges dégagées sur chaque transaction commerciale pour rentrer avec quelque chose à la maison pour les enfants ou pour la famille. Face à une pandémie dont le confinement semble, pour l’instant, être la solution la plus radicale, que deviendront nos mamans qui vendent les beignets, la banane, les arachides, les bonbons, etc. dans les coins de rue pour survivre ? Le désastre sanitaire va se doubler pour eux d’une catastrophe sociale. Si coronavirus ne les tue pas, c’est bien la pauvreté qui les tuera.

L’on comprend alors le dilemme des gouvernants des pays africains qui hésitent à décréter un confinement total des populations. Mais ont-ils le choix ? Le confinement semble, pour l’instant, être le moindre mal ? Jusque-là dans la plupart des villes africaines, on n’ose pas fermer les grands marchés où chaque jour les populations vont et viennent par milliers. Ils seront les foyers privilégiés de contagion si le coronavirus venait à frapper l’Afrique de plein fouet comme en Occident. Alors, les pauvres mourront comme des mouches parce que les quelques équipements disponibles seront en priorité réquisitionnés par les riches ou les hommes de pouvoir, pour eux-mêmes ou pour les leurs.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans des sociétés où l’Etat brille par sa responsabilité sociale. On ne peut donc pas compter l’Etat pour organiser la solidarité sociale ou la redistribution de revenus pour permettre aux pauvres de continuer à survivre. Ailleurs, on voit les États voter des nouvelles lois à caractère social pour permettre à leurs citoyens de tenir pendant le temps de confinement. C’est ce que fait Trump aux USA, Macron en France, etc. Mais c’est difficile à envisager dans les pays africains. Il faudra trouver d’autres ressorts de solidarité par le bas grâce aux dynamiques de proximité. Solidaires dans la crise sanitaire, chacun devra penser au voisin qui a un peu moins que lui. Si non beaucoup de pauvres se souviendront de coronavirus comme ce conard de virus.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter